Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #histoire tag

Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)

Publié le par fethiok

Visite du jeudi 14 août 2014

Le Musée propose une nouvelle approche du premier conflit mondial(1914-1918), pour découvrir ses causes, son déroulement et son héritage sur notre monde contemporain.
L'originalité de la collection du Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux tient à sa grande diversité: uniformes de soldats ou d'officiers de tous les pays belligérants, armements individuels et pièce d'artillerie, objets de la vie du quotidien au front et à l'arrière...

 

Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)
Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux(77100)

Voir les commentaires

17 octobre 1961: 51 ans de silence

Publié le par fethiok

Octo
Le grand écrivain et dramaturge algérien, Kateb Yacine, écrivait à propos du massacre du 17 octobre 1961 :

« Peuple français, tu as tout vu
Oui, tout vu de tes propres yeux
Tu as vu notre sang couler
Tu as vu la police
Assommer les manifestants
Et les jeter dans la Seine.
La Seine rougissante
N’a pas cessé les jours suivants
De vomir à la face
Du peuple de la Commune
Ces corps martyrisés
Qui rappelaient aux Parisiens
Leurs propres révolutions
Leur propre résistance.
Peuple français, tu as tout vu,
Oui, tout vu de tes propres yeux,
Et maintenant vas-tu parler ?
Et maintenant vas-tu te taire ? »
   

Ces mots du poète continuent encore à raisonner dans la tête de ceux qui ont vécu cette tragique nuit d’automne à Paris. À travers ces mots, c’est toute la conscience du peuple français qui est ici interpellée pour mesurer l’ampleur du massacre de ce mardi pluvieux d’octobre 1961. Mais ces mots qui traduisent le drame des Algériens à Paris ce jour-là, n’évoquent pas le pourquoi. Voilà une question que tout le monde se pose d’autant plus que ce massacre intervient à moins de six mois du cessez-le-feu. Il intervient dans un contexte où le peuple français s’est exprimé à plus de 75% en faveur de la politique de de Gaulle, de l’autodétermination de l’Algérie. Et il intervient également dans un moment où les négociations entre l’État français et les Algériens représentés par le Front de libération nationale avaient commencé.

De ce point de vue, nombreux sont ceux qui soutiennent que le 17 octobre 1961 n’était qu’un massacre de trop, donc gratuit. Néanmoins, cette thèse ne peut être justifiée. Car il existe des textes de l’époque qui expliquent toute la logique ayant conduit au massacre des Algériens. Cette logique remonte à 1958 lorsque Maurice Papon fut nommé préfet de police de Paris. Partisan d’une guerre à mort contre la Fédération de France du FLN et contre l’immigration algérienne, ce dernier, à peine installé, « avait créé tout un dispositif : à sa tête le Service de coordination des affaires algériennes (SCAA), dont dépendait le service d’assistance technique (SAT), commandé par un militaire, le capitaine Raymond Montaner ». Papon et Montaner avaient alors déclenché une opération « anti-Algériens » tout en faisant usage des pires méthodes utilisées en Algérie par les parachutistes. Ainsi, en juillet 1959, ils ont soumis à leur Premier ministre, Michel Debré, un projet intitulé « Destruction de l’Organisation rebelle dans le département de la Seine- une Solution- La Seule ! » Ce projet consiste en quelque sorte à étendre à la région parisienne les moyens employés par les parachutistes lors de la Bataille d’Alger. D’après l’historien français Gilles Manceron, ce plan, « approuvé en haut lieu, avait conduit à la création en décembre 1959 d’une Force de police auxiliaire (FPA) entièrement aux ordres de Montaner, composée d’hommes, souvent d’origine rurale, transplantés d’Algérie, dont certains ne parlaient pas français, dans un Paris qu’ils ne connaissaient pas. Maurice Papon raconte dans ses mémoires : » l’un de ces hommes se perd dans Paris dès sa première sortie. Il téléphone à la caserne. On lui demande de décrire le paysage qui l’entoure pour le remettre sur le bon chemin. Il répond qu’il se trouve à proximité d’un grand pont sous lequel ne coulait aucune rivière : c’était l’Arc de Triomphe ! » C’est dire à quel point ces Algériens étaient à la merci de leur strict encadrement par des militaires. »

Mais cette organisation parallèle n’avait pas pu venir à bout de la Fédération de France du FLN, mieux organisée et mieux structurée. Au contraire, les fidaïs de la fédération avaient neutralisé plusieurs membres de la FPA. Ils avaient même noyauté cette force de police, à un certain moment. Maurice Papon n’a jamais admis l’échec de sa stratégie. C’est pourquoi, il avait rallié ceux qui étaient contre les négociations avec les Algériens. Donc, la brutalité avec laquelle il avait réprimé les manifestations du 17 octobre s’explique en partie par sa volonté de saborder le processus qui devait conduire à l’indépendance de l’Algérie. En effet, la décision d’instaurer un couvre-feu pour les seuls Algériens est prise le 5 octobre, c’est-à-dire, au lendemain de la visite en France du diplomate suisse Olivier Long qui a transmis à Louis Joxe la proposition de la délégation algérienne de reprendre les négociations, interrompues sur un désaccord relatif au Sahara algérien. Ce diplomate avait d’ailleurs écrit, selon Gilles Manceron, avoir senti « au cours de cet entretien, comme lors du précédent, une certaine réserve due probablement à des divergences de vues, peut-être au sein même du gouvernement français. » Pour lui le couvre-feu et la répression sont des « tentatives de sabotage des négociations en cours. »

Aujourd’hui, avec l’ouverture de certaines archives concernant cette époque, plusieurs historiens affirment sans ambiguïté aucune que le massacre du 17 octobre 1961 était bien programmé. À ce propos, Gilles Manceron soutient que « la violence de la répression dans la nuit du 17 octobre, et dans les jours qui ont suivi, en effet, ne doit rien au hasard. Elle témoigne d’une préparation. En plus de la mise en place par Maurice Papon, avec le soutien du ministre de l’Intérieur et du Premier ministre, des structures répressives, cette répression résulte d’une forme d’encouragement et d’orchestration de la violence, dans les semaines qui ont précédé et durant la nuit fatidique, auprès de l’ensemble des personnels de la préfecture de police. Le 5 septembre, dans une note adressée au directeur du service de coordination des affaires algériennes et au directeur général de la police municipale, le préfet de police a autorisé explicitement les exécutions sommaires des Algériens interpellés. »

Donc, Maurice Papon avait bien calculé son coup. Il avait d’abord fait en sorte à ce qu’une atmosphère de peur et de légitimation de meurtre s’installe avant de procéder à la provocation de la communauté algérienne à travers la promulgation du couvre-feu.

Le couvre-feu

Le 5 octobre, Maurice Papon a informé l’ensemble des responsables de la police de l’instauration d’un couvre-feu. Tout de suite après, le directeur général de la police municipale, Maurice Legay, a émis une note de service n°149-61, destinée à sa hiérarchie, et dans laquelle il affirme : « J’ai décidé de prononcer le couvre-feu, pour les Français musulmans d’Algérie, de 20h30 à 5h30 du matin. D’autre part, les débits de boisson tenus et fréquentés par les Français musulmans doivent être fermés à partir de 19 heures. Enfin, tout Français musulman circulant en voiture doit être interpellé et, en attendant la décision du commissaire de police ou du service de coordination des affaires algériennes, la voiture sera provisoirement mise en fourrière. »

Le même jour à 17 heures, Maurice Papon rend public un communiqué, dans lequel, il valide les termes de la note de service du directeur de la police municipale. Le 7 octobre, une circulaire n°43-61 est promulguée par le directeur général de la police municipale de Paris pour expliciter et préciser les modalités d’application des mesures relatives au couvre-feu et à la circulation « des Français musulmans algériens » en voiture.

A la suite de cette décision de Papon, le comité fédéral de la Fédération de France du FLN a tout de suite pris ses responsabilités. Le 10 octobre 1961, il promulgue à son tour une circulaire signée Kr. (Kaddour, pseudonyme d’Amar Ladlani) où il définit clairement sa riposte. Il préconise un plan d’action en trois phases pour combattre « énergiquement » les mesures de Papon. Le comité fédéral exhorte alors les Algériens à boycotter le couvre-feu en sortant massivement en compagnie de leurs femmes et de leurs enfants le 14 octobre, pour circuler dans les grandes artères de Paris. Le comité fédéral demande également aux commerçants algériens de fermer leurs établissements pendant 24 heures à partir du 15 octobre. Le comité fédéral a tout prévu dans sa circulaire. On peut y lire ainsi une observation où même les slogans qu’il fallait scander étaient énumérés : « Comme il est à prévoir des arrestations ou des internements, il convient de préparer les femmes à une manifestation avec les mots d’ordre suivants :

« A bas le couvre-feu raciste

- Libération de nos époux et de nos enfants

- Négocier avec le GPRA

Indépendance totale de l’Algérie. »

Après la circulaire de la Fédération de France, le Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et pour la paix (MRAP) – aujourd’hui, ce sigle désigne le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples – a rendu publique le 12 octobre une déclaration pour dénoncer le couvre-feu imposé aux Algériens de Paris. Le 17 octobre, la Fédération de France fait circuler une note dans laquelle figurent des consignes à suivre lors de la manifestation. Cette note a mis l’accent sur le caractère pacifique du boycottage du couvre-feu raciste.

Après le massacre

Le 17 octobre à minuit, la préfecture de police communique le bilan de la répression : deux morts, plusieurs blessés et 7500 Algériens arrêtés. Un bilan qui reste loin de la réalité. Cette tendance à minimiser la répression est maintenue jusqu’à l’éclatement de la vérité au grand jour. En effet, un groupe de policiers républicains avait fait circuler un tract le 31 octobre dans lequel ils témoignent de la brutalité de la répression menée contre les Algériens par leurs collègues. Ils soulignent ainsi que « parmi les milliers d’Algériens emmenés au parc des expositions de la porte de Versailles, des dizaines ont été tués à coups de crosse et de manche de pioche par enfoncement du crâne, éclatement de la rate ou du foie, brisure des membres. Leurs corps furent piétinés sous le regard bienveillant de M. Paris, contrôleur général. D’autres eurent les doigts arrachés par les membres du service d’ordre, policiers et gendarmes mobiles, qui s’étaient cyniquement intitulés « comité d’accueil ». […] À la station de métro Austerlitz, le sang coulait à flots, des lambeaux humains jonchaient les marches des escaliers. Ce massacre bénéficiait du patronage et des encouragements de M. Soreau, contrôleur général du cinquième district. »

Cette répression fut également condamnée par plusieurs intellectuels et universitaires français, qui ont signé un appel publié par la revue de Jean-Paul Sartre, les Temps Modernes du 18 octobre. Leur appel était destiné à manifester leur solidarité aux travailleurs algériens et à exiger l’abrogation immédiate de mesures indignes. Parmi les signataires de cet appel, figurent Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Claude Simon, Maurice Blanchot, André Breton, Maxime Rodinson, Olivier Todd, Pierre Vidal-Naquet…ils étaient en tout 229 signataires.

Enfin, l’Histoire retiendra une chose : le 17 octobre 1961, il avait plu des cadavres d’Algériens sur la Seine.

Algé

Voir les commentaires

Les Justes qui ont aidé l'Algérie

Publié le par fethiok

 

«Quand les hommes ne peuvent plus changer les choses, ils changent les mots». Jean Jaurès

 

 

Tout au long de cette histoire de cohabitation qui fut dans l'ensemble douloureuse, il y eut des hommes et des femmes européens d'Algérie qui, à des degrés divers, se sont battus pour la dignité et contre le système colonial, notamment en contribuant à l'indépendance de l'Algérie.

Sait-on par exemple, qui est Francis Jeanson mort dans l'anonymat le plus strict aussi bien en France qu'en Algérie?

L'Algérie d'aujourd'hui refuse de voir son histoire en face. Sait-on que des Français se sont battus, se sont exposés et ont mis en jeu leur liberté et parfois leur vie pour l'indépendance du pays tout étant fidèles à une certaine idée de la France?

Francis Jeanson: l'autre face et l'honneur de la France
«Mais qu'est-ce que tu connais, toi, de la France, sinon Bugeaud et Bigeard? Tu t'adresses à moi comme si j'étais un traître à mon pays. A partir d'aujourd'hui, je voudrais que tu retiennes que mes camarades et moi n'avons fait que notre devoir, car nous sommes l'autre face de la France. Nous sommes l'honneur de la France.»

C'est par cette phrase que le philosophe Francis Jeanson- s'adressant au président Abdelaziz Bouteflika -Juin 2000- a défini son rôle lors de l'aide qu'il a apportée à la Révolution algérienne: pour lui, il n'a fait que son devoir et il n'en rougit pas, il se démarque des «autres» qui, au mieux, ont protesté mollement à propos de la torture au pire l'ont approuvée comme l'a fait le cardinal Saliège: «La terreur doit changer de camp.»

Francis Jeanson «Le porteur de valises» selon le bon mot de Jean-Paul Sartre, durant la Guerre d'Algérie avait fondé le plus important réseau de soutien au FLN en métropole.

«Depuis 2000, écrit Florence Beaugé, témoignages, articles et procédures judiciaires se succèdent en France, portant sur les pratiques de l'armée durant les «événements» d'Algérie. Des pratiques amnistiées. Mais l'amnistie n'induit pas obligatoirement l'amnésie.(..) Les exactions commencent dès 1830, quand les troupes françaises débarquent à Sidi Ferruch, pour une expédition coloniale longue de quarante ans. Pillages, carnages, incendies de maisons, rafles de civils à grande échelle, etc. La conquête de l'Algérie s'accompagne d'actes de barbarie, les documents d'histoire en attestent. (...)

Dès 1947 et 1948, André Mandouze et Francis Jeanson s'alarment, dans la revue Esprit, de la situation qui prévaut dans les trois départements français. Mais ils crient dans le désert.

En 1951, un ancien résistant, le journaliste Claude Bourdet, pose la question «Y-a-t-il une gestapo algérienne?» dans les colonnes de L'Observateur, et décrit les méthodes en vigueur dans les commissariats: électricité, baignoire, pendaison (...)».

Francis Jeanson explique le sens de son combat: «Ce qui se passait en Algérie au nom de la France était inadmissible. Il fallait être contre. La seule façon d'être contre, c'était d'être aux côtés de ceux qui se battent.

On m'a souvent dit que c'était de la trahison. Mais, pour moi, il y avait déjà trahison: celle des valeurs de la France.»

«Avant de s'indigner des atrocités commises en Algérie, il faut se demander pourquoi nous avons fait la guerre au peuple algérien et pourquoi nous avons laissé faire des choses qui n'avaient pas de raison d'être. (...)

Depuis mai 1945, et les massacres de Sétif, on aurait dû le savoir. La torture n'est pas née de la Guerre d'Algérie en 1954. (...) Prenez les droits de l'homme. Nous prétendons les enseigner, un peu partout (...)

Comment pouvons-nous demander à ces peuples, soumis à d'incroyables pressions et à des déstabilisations successives, de respecter les droits de l'homme comme nous y prétendons ici.»
Et Francis Jeanson s'opposera à Camus et à sa thèse que toute révolution débouche sur la négation des libertés.

Sartre interviendra dans cette célèbre controverse en assénant à Camus qui voulait garder ses mains propres: «Avoir des mains propres, c'est ne pas avoir de mains.» (..)

Dès 1958, la diffusion des livres La Gangrène et La Question - publiés mais aussitôt interdits parce qu'ils témoignent de la généralisation de la torture - mobilise des centaines de militants.

André Mandouze
André Mandouze normalien, spécialiste de saint Augustin, chrétien de gauche, résistant est un autre «juste»

En 1956, il s'engage totalement aux côtés de la Révolution algérienne. Il connut la prison pour «trahison envers la patrie» et fut une des bêtes noires de l'OAS.

Après l'Indépendance, il y retourna en tant que directeur de l'enseignement supérieur et y resta cinq ans.

Parlant de ses démêlés avec le pouvoir colonial, André Mandouze déclare: «En 1956, en novembre et décembre précisément, j'avais été emprisonné à la Santé pour mon combat en faveur de l'Algérie.

Par ailleurs, il faut savoir qu'à cette époque, j'avais déjà eu affaire à ceux qui, bien plus tard, formèrent l'OAS (...)

Permettez-moi de rapprocher le livre d'Henri Alleg (La Question, Ndlr) du combat de celui qui, dès janvier 1955 et jusqu'à la fin de la Guerre d'Algérie, ne cessa de protester et de condamner la torture-je veux parler du cardinal Duval.

Pour moi, dès la parution de La Question, s'est rétabli, en quelque sorte, le rapprochement de «celui qui croyait au ciel» et de «celui qui n'y croyait pas», contre le racisme colonialiste, de la même façon que les uns et les autres s'étaient retrouvés, pendant la Résistance, contre le fascisme hitlérien.».

Interrogé sur son appréciation de la loi du 23 février 2005, André Mandouze eut cette phrase sans appel: «Il faut abroger.
  Cet article de loi est scandaleux. Il apporte la preuve que le colonialisme est encore bien vivant dans l'esprit d'un certain nombre de gens qui regrettent que ce soit fini. (...)

Il faut parvenir à un accord de fond pour soigner définitivement les blessures du colonialisme et que naisse entre la France et l'Algérie une véritable amitié. L'Europe, sans l'Afrique et l'Algérie, ce n'est pas l'Europe. Inversement, l'Algérie et le Maghreb, en rapport avec l'Europe, c'est la possibilité de contrer cette Amérique qui se conduit lamentablement en Irak et ailleurs.

Voilà les vrais enjeux.»

Germaine Tillion: Justice et vérité
Peut-on oublier de citer Germaine Tillion pour qui le combat se résume dans ces phrases: «Je pense, de toutes mes forces, que la justice et la vérité comptent plus que n'importe quel intérêt politique.» Fin novembre 1954.

Dans l'Aurès, les vieux Chaouïa lui racontent comment un militaire maniaque torture de simples suspects.

Germaine Tillion ignore tout du problème colonial. Etant reçue par Soustelle son ancien collègue ethnologue comme elle, elle bouillonne: «Croyez-moi monsieur le gouverneur, même un Benboulaïd qui a été arrêté est respectable. Je connais bien sa famille. Je l'ai vu tout gosse à Batna. Mostefa est un patriote et non un criminel de droit commun.»

Un an plus tard, elle crée des centres sociaux en Algérie. En même temps, Germaine Tillion s'élève avec véhémence contre la torture avec l'historien Pierre Vidal-Naquet ou le journaliste Henri Alleg.

Le 18 juin 1957, elle participe à la commission d'enquête sur la torture dans les prisons de la Guerre d'Algérie.

Germaine Tillion, conseillère technique au cabinet de Soustelle, verra Parlanges, le général commandant les Aurès et chargé de la pacification et des SAS chères à Soustelle.

Ecoutons comment elle raconte son entrevue avec lui: «Lorsque je lui ai raconté comment les officiers «maniaques» torturaient des «réputés suspects», j'ai compris la méthode qu'il pratiquait au regard profondément ironique qu'il m'a «accordé». Je me souviens encore de ses mains de garçonnet, sans cesse en mouvement, lorsqu'il parlait avec une évidente satisfaction de toutes les façons possibles d'égorger un homme.»

Les autres Justes
«La vie d'un homme, la mienne, compte peu. Ce qui compte, c'est l'Algérie, son avenir.

Et l'Algérie sera libre demain. Je suis persuadé que l'amitié entre Français et Algériens se ressoudera», a déclaré Fernand Iveton, peu avant d'être guillotiné.

Avec Fernand Iveton l'Algérien de coeur et de naissance, il faudrait rendre justice à tous ceux qui - sans être des indigènes au sens de la colonisation - et dans l'ombre au péril de leur vie, ont cru à l'indépendance de l'Algérie. La liste est longue.

Les hommages sont tardifs, parcimonieux et non dénués d'arrière-pensée. Il faut faire apparaître tous les Français dans le cas adverse et les Algériens dans l'autre ce qui n'est pas vrai.

Il y eut des «Justes» qui ont donné le meilleur d'eux-mêmes qui furent considérés eux-mêmes comme des traitres.

L´Algérie d'aujourd´hui refuse de voir son histoire en face; sait-on que des Français se sont battus, se sont exposés et ont mis en jeu leur liberté et parfois leur vie pour l´indépendance du pays tout en étant fidèles à une certaine idée de la France?»      

La liste est longue de ceux qui ont bravé les interdits, traversé les barrières invisibles des communautés, l'exemple le plus frappant est celui du Docteur Daniel Timsit qui a participé activement à la guerre d'indépendance de l'Algérie du «mauvais côté». Daniel Timsit est né à Alger en 1928 dans une famille modeste de commerçants juifs.

Descendant d'une longue lignée judéo-berbère, il a grandi dans ce pays où cohabitent juifs, Arabes et pieds-noirs, que le système colonial s'efforce de dresser les uns contre les autres.

Il s'occupera du laboratoire de fabrication d'explosifs, puis entrera dans la clandestinité en mai 1956.

Arrêté, il sera détenu jusqu'à sa libération en 1962, date à laquelle il rentre à Alger. Il s'explique longuement sur son identité algérienne, lui qu'on continue en France, à présenter comme un Européen. «Je n'ai jamais été un Européen», se défend-il.

Il s'est toujours considéré comme Algérien, lui, dont la langue maternelle est l'arabe «derdja».

La langue et la culture françaises, qu'il ne renie pas, viennent au second plan. L'algérianité ne se définit pas en fonction d'une appartenance ethnique ou religieuse, mais parce qu'il appelle «une communauté d'aspirations et de destin».

Un hommage mérité sera rendu au couple Claudine et Pierre Chaulet à l'occasion de la parution de leur ouvrage Le choix de l'Algérie, deux voix, une mémoire. Pour rappel, ce sont eux qui ont exfiltré Abane Ramadane en pleine bataille d'Alger.

Pour Rédha Malek, le couple Chaulet est considéré comme un symbole de la guerre de Libération. «(...)   L'algérianité du couple Chaulet» n'est pas le fruit du hasard mais d'un engagement total et réfléchi.

M. Rédha Malek a évoqué également Pierre Chaulet le médecin qui avait rejoint les rangs du Front de libération nationale et le rédacteur à El Moudjahid».

Après l'Indépendance, le couple Chaulet a contribué au développement de l'Algérie, Claudine Chaulet sera professeur de sociologie à l'université et le professeur Pierre Chaulet fut l'un des piliers de l'organisation de la santé.

A ce titre, je me souviens qu'en tant que directeur du Centre universitaire de Sétif, il nous a été possible d'ouvrir la filière des sciences médicales grâce notamment au professeur Chaulet qui s'est déplacé à Sétif enseigner pendant une dizaine de jours.

Il ne voulut pas d'une indemnité, considérant qu'il ne faisait là que son devoir. Qu'il en soit encore remercié trente ans après!

Il n'est pas possible, dans le cadre de cette contribution, de témoigner et de rendre hommage dans le détail des milliers de personnes françaises de souche ou Algériens- Européens, qu'il nous suffise de citer sans être exhaustif, les avocats Jacques Vergès, Gisèle Halimi, Henri Alleg l'ancien directeur d'Alger Républicain qui écrivit un livre témoignage sur la torture: La Question.

A côté de la ligne officielle de l'Eglise, il nous faut citer, sans être exhaustif, tous les hommes de religion qui, dérogeant à la norme officielle, ont témoigné notamment contre la torture, je veux citer Monseigneur Duval, l'abbé Bérenguer sans oublier l'immense Frantz Fanon qui combattit avec les armes de l'esprit et dont les écrits -cinquante ans après- sont toujours d'actualité.
En tout cas, l'humanisme sans complaisance de Francis Jeanson, André Mandouze, Mgr Duval, Germaine Tillion, Henri Alleg, Daniel Timsit et tant d'autres resteront pour nous tous une leçon de vie et ne disparaîtront pas. A ce titre aussi, ils méritent notre respect profond et notre recueillement à leur mémoire. Ces Justes ont fait, en leur âme et conscience, leur devoir. Si on devait, objectivement trouver quelque attrait à la présence française en Algérie, nous ne sommes pas ingrats, nous sommes reconnaissants à la France de compter en son sein des hommes de la trempe de ces géants de l'empathie, du juste combat, de la charité chrétienne. A titre individuel, ils ont transcendé les interdits pour venir prêcher inlassablement la paix, la tolérance, le respect de la dignité humaine. Assurément, ces hommes et ces femmes qui ont risqué leur vie, tournant le dos à une vie de confort et de compromission, ils et elles ont largement leur place parmi les «Justes».
Cinquante ans après, nous ne devons pas aussi, oublier ceux qui ont fait du mal à ce peuple sans défense. Les tortionnaires de l'Algérie seront cités pour que nul n'oublie les Rovigo, Saint-Arnaud, Bugeaud.

Si l'Algérie érige un monument de la mémoire, les Justes auront toute leur place.

Nous devons, dans le même mouvement, nous incliner à la mémoire de tous ceux qui ont aidé l'Algérie dans sa détresse séculaire. La présence française, malgré ses aspects sanguinaires et de déni de la dignité, a laissé, par le dévouement de ses instituteurs, de ses médecins et Européens et aussi Français de souche qui ont, à titre individuel, aimé l'Algérie.

Ne soyons pas ingrats.

In L'Expression
 

Voir les commentaires

Benjamin Stora: "La France et l'Algérie devraient respecter tous les morts"

Publié le par fethiok

Benjamin Stora a contribué à briser les tabous qui pesaient en France sur l'évocation de la guerre d'Algérie. Il plaide pour une approche dépassionnée de ce conflit, cinquante ans après son terme.
Historien, homme engagé, Benjamin Stora, 61 ans, est sans doute le meilleur spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Algérie, sa terre natale. Scénariste de Guerre d'Algérie, la déchirure, remarquable documentaire réalisé par Gabriel Le Bomin, il revient sur ce que fut la tragédie algérienne, son oubli et son retour dans les mémoires. De part et d'autre de la Méditerranée.

Benjamin Stora, scénariste de Guerre d'Algérie, la déchirure, remarquable documentaire réalisé par Gabriel Le Bomin, revient sur ce que fut la tragédie algérienne, son oubli et son retour dans les mémoires.

Aucune manifestation officielle n'est prévue en France pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie. Certes, il s'agit d'une défaite, mais ne pouvait-on pas espérer une phrase, un geste, en guise d'apaisement ?

On est toujours dans la guerre des mémoires, où chaque camp dit : "Ma souffrance est supérieure à la vôtre, mes morts sont plus nombreux." Cinquante ans après la fin de la guerre, il serait temps d'en finir avec cette logique mémorielle communautaire. Je souhaiterais que la France et l'Algérie respectent toutes les victimes : Algériens, harkis, immigrés, pieds-noirs, appelés. Ne serait-ce que par considération pour les morts.  

 

Vous venez d'écrire le scénario de Guerre d'Algérie, la déchirure. En revisitant cette période, avez-vous eu le sentiment qu'on n'en parle plus de la même façon aujourd'hui ?

Lorsque j'étais étudiant à Nanterre au début des années 1970, on n'en parlait pas du tout ! La société française avait tourné la page. C'est René Rémond qui m'a suggéré de travailler sur le sujet. Il m'a présenté au grand spécialiste d'alors, l'historien Charles-Robert Ageron. C'est sous sa direction que j'ai rédigé ma thèse sur Messali Hadj (1898-1974), le pionnier du nationalisme algérien. Vous imaginez... Non seulement l'Algérie n'intéressait personne, mais encore moins le nationalisme, à une époque où les sujets à la mode tournaient autour du socialisme, du mouvement ouvrier, de la lutte des classes... D'ailleurs, j'étais son seul étudiant. Je dois beaucoup à Ageron. Il m'a tout appris du métier d'historien : le bon usage des sources, l'esprit critique, la méfiance à l'égard de l'idéologie. Le tiers-mondisme était très bien porté à l'époque et je militais depuis l'âge de 18 ans dans un mouvement trotskiste, que j'ai quitté quelques années après ma soutenance de thèse en 1978.    

A quelle date commence-t-on à reparler de l'Algérie ?

On sort du silence - et pour le chercheur, de la solitude... - en octobre 1988, avec les émeutes d'Alger, qui feront près de 500 morts. Une foule de questions sont alors posées. Comment les Algériens en sont-ils arrivés là ? Comment expliquer cette violence ? Y a-t-il un rapport avec la première guerre d'Algérie ? Ces événements engendrent un retour de mémoire. Les journalistes s'y intéressent, puis des chercheurs.

Dans les années 2000, également, le cinéma et la littérature s'emparent de l'Algérie...

On assiste en effet à un basculement dans la fiction cinématographique et littéraire. De mémoire, je citerai un certain nombre de ces films sortis dans ces années-là : Mon colonel, de Laurent Herbiet, L'Ennemi intime, de Florent Emilio Siri, La Trahison, de Philippe Faucon, Hors-la-loi, de Rachid Bouchareb, Nuit noire, d'Alain Tasma, sur le 17 octobre 1961, Vivre au paradis, de Bourlem Guerdjou, Sous les pieds des femmes, de Rachida Krim, etc. De jeunes romanciers s'emparent, eux aussi, du sujet : Jérôme Ferrari (Où j'ai laissé mon âme), Laurent Mauvignier (Des hommes), jusqu'au dernier Goncourt, Alexis Jenni (L'Art français de la guerre). Cette profusion par la fiction donne à la guerre d'Algérie une autre dimension.

 

Avec le recul, pensez-vous que la meilleure formule pour résumer cette période est La Tragédie algérienne, le titre du livre de Raymond Aron, publié en 1957 et qui provoqua l'ire - et les insultes - de la droite ?

Oui, c'est une tragédie. Le temps passant, je suis de plus en plus frappé par la grande violence de cette guerre. Même si le bilan des victimes est toujours difficile à établir et sujet à polémique, on peut rappeler que de 350 000 à 400 000 civils algériens sont morts, soit 3 % des 9 millions d'habitants algériens : un pourcentage identique à celui des morts de la Grande Guerre de 1914-1918 ; que 1,5 million de paysans algériens ont été déplacés au prix d'un bouleversement total du paysage agricole. On doit y ajouter de 15 000 à 30 000 harkis, 30 000 soldats français, 4 500 pieds-noirs tués et les 800 000 d'entre eux déplacés en métropole...   

 

Il faut bien avoir à l'esprit qu'en quelques mois un siècle et demi de présence française s'effondre. L'Algérie n'est pas une colonie comme les autres. Il y a une pénétration de la culture française, des habitudes, des comportements qui vont laisser des traces. La France s'en remettra parce que c'est une grande nation industrielle et une puissance européenne. D'autant qu'elle feint de tourner la page. Il suffit d'écouter la chanson de Claude François, Cette année-là, consacrée à 1962. Le texte évoque le rock'n'roll, les Beatles, Marilyn... Tout y est... sauf l'Algérie. Pas un mot. Alors que les gens du Sud - pieds-noirs, harkis, soldats - vivent une tragédie, la France célèbre les années yé-yé. Deux histoires se chevauchent. Dans l'indifférence totale.

 

Films, livres, préfaces, interviews : vous êtes partout une sorte de "Monsieur histoire d'Algérie". Comment expliquez-vous cette position centrale ? Est-ce seulement la consécration d'un travail ?

J'ai publié des ouvrages sur l'histoire du Vietnam et du Maroc, pays où j'ai vécu plusieurs années. Mais, en France, c'est toujours de l'Algérie qu'on me parle... Sûrement y a-t-il le résultat de trente-cinq ans de travail, la publication de dizaine d'articles, de livres, de films. J'ai voulu très tôt transmettre mon savoir en produisant des documentaires pour la télévision, ce que, jusqu'à une période récente, peu d'universitaires faisaient. Cette exposition augmente la notoriété, mais aussi l'inimitié et la jalousie... Toutes ces explications ne suffisent pas. Sans doute ai-je creusé un sillon d'où surgissent des questions essentielles pour la société française d'aujourd'hui : l'histoire coloniale et les minorités, les communautés et la République, la religion et l'immigration... J'avancerai une autre hypothèse, plus personnelle. Issu de la communauté juive d'Algérie, peut-être suis-je, par mon origine, à l'intersection de ce qu'on appelait les mondes "indigène"-musulman et "européen"-pied-noir, une sorte de passerelle. Je vous livre tout cela en bloc, ce ne sont que des pistes.

 

In l'Express

 


Le jeudi 19 avril 2012 à 18h30  à la Maison du toursime de Grenoble: Benjamin STORA

Conférence : Les mémoires des blessés de l’Algérie.

Benjamin Stora en 6 dates

1950 : Naissance à Constantine (Algérie).
1978: Doctorat d'histoire sur Messali Hadj, pionnier du nationalisme algérien.
1986: Maître de conférences à Paris VIII.
1991: Directeur scientifique à l'Institut Maghreb-Europe (Paris VIII).
1996: Membre de l'Ecole française d'Extrême-Orient (Hanoi).
Depuis 2001 Professeur d'histoire du Maghreb à l'Inalco ("Langues O") et à l'université Paris XIII.

Voir les commentaires

Le 18 mars 1962, la France et le FLN signaient les accords d’Evian

Publié le par fethiok

Le 18 mars 1962, les délégations française et algérienne parviennent à un accord : le lendemain à midi, le cessez-le-feu entre en vigueur en Algérie.

La route de la paix en Algérie a été longue. Les conversations secrètes, semi-officielles et ouvertes, se sont multipliées depuis 1956 pour n’aboutir qu’à l’approche du printemps 1962.

Depuis le mois de septembre 1959 et le discours du général de Gaulle qui annonçait « l’intention de la France de remettre aux Algériens le destin de l’Algérie », le sentiment quasi général était que l’Algérie coloniale avait vécu.

La majorité des pieds-noirs et une partie de l’armée tenteront de s’y opposer, avec les barricades de janvier 1960 et le putsch raté d’avril 1961. Mais la mécanique de la négociation est engagée.

La violence de l’Organisation de l’armée secrète (OAS) et celle du FLN étendent la terreur à travers l‘Algérie entière. À Paris, de Gaulle veut se débarrasser du dossier algérien. Aussi, dès le printemps 1961, plusieurs négociations sont menées par les émissaires du Général, qui avait déjà lancé un ballon d’essai lors d’entrevues entre délégations réduites à Melun, en septembre 1960.

Les négociateurs vont et viennent

La toute première négociation de 1961 verra même un chef de maquis FLN, Si Salah, rencontrer en catimini le chef de l’État à Paris. En vain. Le chef militaire est isolé et ne représente pas le FLN, dont les dirigeants sont soit emprisonnés, soit réfugiés au Caire ou à Tunis.

Le premier round véritable de négociation se tient à Evian, en mai-juin 1961. Les deux camps se réuniront ensuite à Lugrin, toujours en Haute-Savoie, au mois d’août suivant. À chaque fois, les délégations dressent un constat d’échec. Les Français mettent en avant le statut de leurs compatriotes d’Algérie et le Sahara qui, à leurs yeux, n’est pas du tout partie intégrante de l’Algérie. Les Algériens veulent l’indépendance et n’entendent pas céder un pouce de leur territoire.

Alors que les négociateurs vont et viennent grâce aux bons offices de la Suisse, en Algérie l’exode des pieds-noirs a débuté et les civils payent un lourd tribut au terrorisme des deux bords.

Rendez-vous au « Yéti »

Pour le seul mois de janvier 1962, l’OAS a fait 200 morts en Algérie.

Fin 1961, la négociation est relancée, discrètement une fois de plus, mais ces petits pas aboutissent. Le 11 février 1962, Algériens et Français se retrouvent dans le chalet du « Yéti », aux Rousses.

Ce rendez-vous jurassien sert à déblayer le terrain. Les négociateurs français sont sous pression. De Gaulle leur a dit « démerdez-vous » pour réussir.

Côté algérien, la situation est plus complexe. Le FLN est profondément divisé entre une partie du gouvernement provisoire de la République algérienne et l’état-major, plus jusqu’au-boutiste. L’axe Ben Bella-Boumediène est en train de se mettre en place. L’Algérie socialiste se dessine sur fond de querelles personnelles. Les résistances françaises, notamment à propos du Sahara, céderont les unes après les autres.

De Gaulle, pour faire avancer la négociation, avait même agité, sur les conseils de Ben Gourion, le président israélien, la naissance d’un réduit français en Algérie, si aucun accord global n’était trouvé avec le FLN. Au mois de février 1962, l’idée a été totalement abandonnée.

La France défend les droits des Français d’Algérie à demeurer au sud de la Méditerranée. Le Général insiste pour conserver le plus longtemps possible la base navale de Mers-el-Kébir, près d’Oran, et les polygones de tirs nucléaires du Sahara.

La conférence préparatoire des Rousses s’achève le 19 février sur un texte quasiment définitif. Les deux délégations repartent pour obtenir l’accord de leurs mandants.

Le 7 mars, tout le monde se retrouve à Evian. Il faudra onze jours de marchandages supplémentaires pour ficeler les accords franco-algériens. Le 18 au soir, les délégations signent le texte de 84 pages. La guerre d’Algérie est terminée. Mais les drames algériens sont loin de l’être.

Emission spéciale dimanche 18 mars à 10h 50 sur France3 Alpes et Rhône-Alpes

Les rédactions de France 3 Alpes et Rhône-Alpes reviennent sur cet événement à l’occasion du 50e anniversaire et vous propose une émission spéciale de 26 minutes tout en images .

Rappel des faits
Il y a 50 ans, Evian-les-Bains entrait dans le grand livre de l’Histoire de France et dans celui tout neuf d’une Algérie indépendante. C’est dans l’ancien Hôtel du Parc, que furent signés les accords mettant fin officiellement aux huit années de combat entre le FLN et l’armée française.

Un Sujet de Sandra Meallier.

 

Un épisode peu connu
Les négociations de paix conclues à Evian le 18 mars 1962 ont débuté en fait un an plus tôt, en avril 1961. Pourtant tout a failli capoter d’entrée. En effet, le 31 mars 1961, les partisans de l’Algérie française assassinent le maire d’Evian, Camille Blanc. Un épisode peu connu et qui demeure encore tabou aujourd’hui.

Explications de Patrice Morel, images Serge Worreth, montage : Eric Achard.


Sur France 5 le dimanche 18 mars à 22h00.
"Une histoire algérienne" Documentaire de Ben Salama.

Cinquante ans, jour pour jour, après la signature des accords d’Evian scellant la fin de la guerre d’Algérie, des témoins et des acteurs du conflit reviennent sur une page de l’histoire qui a profondément marqué la mémoire collective de part et d’autre de la Méditerranée. Un film proposé par Fabrice d’Almeida dans La Case du siècle.


Un demi-siècle qu’elle a pris fin ! Et pourtant, les cicatrices de la guerre sont encore là, visibles, palpables et toujours douloureuses. Enfants ou jeunes adultes à l’époque, des Français et des Algériens se souviennent aujourd’hui d’une période qui a laissé des marques indélébiles dans leurs mémoires. Chacun à sa manière raconte son histoire d’une indépendance conquise par le sang, pas à pas, huit longues années durant. Une histoire qui est aussi celle de Ben Salama, l’auteur du documentaire proposé dans La Case du siècle.

De retour dans sa Kabylie natale sur les traces du passé, le réalisateur livre, à la première personne, sa part de vérité, tout en donnant la parole à différentes personnalités issues des deux rives de la Méditerranée. Devenus écrivains, hommes politiques ou politologues, ces anciens militants nationalistes, officiers appelés ou simples civils ballottés dans un conflit dont ils ne comprenaient pas les enjeux rendent compte des années de guerre sans omettre l’horreur des exactions commises par les deux camps. Ben Salama a dédié son film à sa mère qui, au milieu du chaos, a réussi, seule, à subvenir aux besoins de ses cinq enfants. Comme tant d’autres, avant que les accords d’Evian ne viennent enfin instaurer la paix. Une paix qui sera néanmoins synonyme d’exil pour des milliers de Français d’Algérie et de harkis.

Les principaux intervenants

Maïssa Bey, écrivaine, fille d’un militant du FLN ; Fatima Besnaci, écrivaine, fille de harki ; Raphaël Dray, politologue, rapatrié d’Algérie ; Jean-Pierre Soisson, ancien ministre, officier appelé (1957-1959) ; Zohra Drif, sénatrice, militante du FLN (1956-1962) ; Rédha Malek, ancien Premier ministre, porte-parole du FLN (1957-1962) ; Michel Rocard, ancien Premier ministre, haut fonctionnaire (1958-1959) ; Pierre Joxe, ancien ministre, officier appelé (1959-1961) ; Gérard Belorgey, préfet honoraire, officier appelé (1956-1957).

 

Voir les commentaires

L'Algérie d'Antan

Publié le par fethiok

timgad-1155251teinturiers-1155227porteurs-d-eau-1155253populations-1153892oran-1155231messages-personnels-1155263marchands-pain-1155278l-algerie-d-antan-images-1153865laghouat-1155088kabylie-1155110dispensaire-1155142bougie-1155176conteur-1153924constantine-1155195cafes-maures-1153946bougie-1155176boufarik-1155020automobiles-1155084animaux-1155152algerois-1155058alger-1153871


Voir les commentaires

Aventurier à Corps, Prince à Grenoble

Publié le par fethiok

Bref rappel historique sur Napoléon…

Napoléon Bonaparte né le 15 août 1769 à Ajaccio, en Corse et mort le 5 mai 1821 sur l'île Sainte-Hélène fut général, Premier consul, puis empereur des Français. Il fut un conquérant de l'Europe continentale.

Général de la Révolution française à 24 ans, il accumule les victoires spectaculaires en Italie et pendant la campagne d'Égypte, puis prend le pouvoir par le coup d'État du 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799).

Il dirige la France à partir de la fin de l’année 1799 ; il est d'abord Premier consul puis Empereur des Français, sous le nom de Napoléon Ier. Il réorganise et réforme durablement l'État et la société. Il porte le territoire français à son extension maximale avec près de 130 départements, transformant Rome, Hambourg ou Amsterdam en chefs-lieux de départements français.

Il est aussi président de la République italienne, puis roi d’Italie.

Il conduit les hommes de la Grande Armée, dont ses fidèles "grognards", du Nil et de l'Andalousie jusqu'à la ville de Moscou (aucune armée n'était allée aussi loin depuis les Vikings ou les Mongols). Malgré de nombreuses victoires initiales face aux diverses coalitions montées et financées par la Grande-Bretagne, Paris tombe le 31 mars 1814 et les maréchaux forcent Napoléon à abdiquer.

Il est, par la suite, déchu par le Sénat et selon le Traité de Fontainebleau, exilé à l’île d’Elbe en conservant le titre d’Empereur. Début 1815, le gouvernement royaliste refusant de lui verser la pension promise, Napoléon décide donc de retourner sur le continent pour reprendre le pouvoir.

L'origine de la ROUTE NAPOLEON

Débarqué le 1er mars 1815 à Golfe Juan, avec une petite armée de 1 200 hommes, voulant éviter la vallée du Rhône qu’il sait hostile et royaliste, Napoléon prend la direction de Grasse pour rejoindre les Alpes par la vallée de la Durance. Lorsque Napoléon emprunta cette route, elle était dans un état très inégal selon les secteurs. Entre Grasse et Digne, elle n’était pas encore construite, et l’Empereur est passé par des sentiers muletiers.

carte RN ancienne



Les étapes de NAPOLEON du 1er au 7 mars 1815

Le 1er mars  le débarquement prévu à Saint-Raphaël, se fera à Vallauris. Napoléon qui a habité le Château Salé à Antibes en 1794, connaît très bien la région. C'est en plein jour, au vu et au su de tous, que l'opération se déroule, devant les douaniers surpris. Un premier bivouac est installé sur le rivage de ce qui est désormais Golfe-Juan.
"L'invasion du pays par un seul homme" commence…

À la nuit, Napoléon rejoint Cannes par les dunes et couche à proximité de la chapelle Notre-Dame de Bon-Secours.

Cambronne, toujours en avant de quelques heures, est parti pour Grasse, le chef-lieu important de plus de 10 000 habitants.

Il contourne par le Jeu-de-Ballon et fait une pause sur le terre-plein de La Foux à Grimaud pour faire des provisions. Il n'y a pas de voie carrossable pour gravir la montagne puisque la route n'a pas été terminée. Ordonnée durant l'Empire, la route de Sisteron à Grasse a été commencée à l'autre bout et le trajet Grasse-Digne se parcourt par les sentiers muletiers qui ont pris la place de la route du sel du Moyen Âge qui elle-même a remplacé la voie romaine.

Le 2 mars, 64 km sont effectués jusqu'à Séranon où la troupe bivouaque dans la neige à plus de 1 000 mètres.

Le 3 mars, dès l'aube elle se met en marche pour atteindre Castellane où elle peut se fournir de nombreux chevaux et mulets. Napoléon est accueilli à la sous-préfecture par le sous-préfet Francoul qui destitué par Louis XVIII, attend son remplaçant...

Après le repas le groupe prend une mauvaise route enneigée par le col des Lèques et longe la rivière l’Asse pour arriver à Barrême où Cambronne a préparé un logement chez le juge Tartanson.

Le 4 mars, par le col de Corobin, la troupe descend sur Digne-les-Bains où elle retrouve la route qui court le long de la Bléone.

L’Empereur arrive à Digne par la rue Mère de Dieu et fait halte au Petit Paris, il en repart vers 15h00 pour passer la nuit au Château de Malijai. Pendant que l'armée bivouaque dans les jardins du château de Malijai, Cambronne est parti en avant sur Sisteron, afin de sécuriser le pont de la Baume, le seul existant à l’époque pour traverser la Durance.

Le 5 mars, Napoléon se met en route par L'Escale et Volonne sur la rive droite de la Durance et pénètre à Sisteron par la porte du Dauphiné. L'Empereur déjeune à l'auberge du Bras d'Or tenue par le grand-père du poète Paul Arène.

La troupe ne traîne pas car elle doit être à Gap au soir, au terme d'une étape de 69 km. Par La Saulce puis Tallard elle est aux lanternes Porte Colombe et débouche sur la place Jean-Marcellin, où un piquet de la garde nationale présente les armes pendant que le tambour bat « Aux champs ». L'accueil est enthousiaste et Napoléon fera un don pour ouvrir des refuges en montagne, les toujours célèbres « refuges Napoléon».

Le 6 mars, la troupe quitte Gap par le petit pont de Burle et monte le col Bayard pour descendre vers le Drac et Saint-Bonnet où la population acclame l'Empereur et veut se joindre à lui. En longeant la rivière elle monte par Chauffayer vers Corps où Cambronne a préparé le logement dans une bâtisse,la gendarmerie de l’époque, située Grande rue.

Avant la nuit, il se fera couper les cheveux et mangera une omelette, il restera une phrase de Napoléon lors de ce passage à Corps « Corpatus je me sens ici comme chez moi ». Une plaque commémorative, figure sur la façade de la maison : « Ici a logé du 6 au 7 mars l’Empereur Napoléon revenant de l’Ile d’Elbe ».
Les « puristes » remarqueront que l’aigle représenté sur cette plaque est en fait un aigle autrichien : sa tête est tournée du mauvais côté.

Pendant la nuit, les éclaireurs des troupes du Roi complotent à La Mure. Ils veulent empêcher Napoléon de traverser le Drac à Pont haut (au sud de La Mure) en minant le pont. Cela aurait pour effet de couper l’avant-garde commandée par Cambronne du reste de la colonne impériale. Genevois, maire de La Mure, les dissuade en invoquant le préjudice commercial portée à la ville. Il rappelle qu’un passage à gué tout proche permettra malgré tout le franchissement de la rivière. Les troupes du Roi décident alors un repli à Laffrey. Quant à Cambronne, il se retire jusqu’à Pont Haut pour sécuriser ce pont.

Le 7 mars, le jour le plus long. "Aventurier à Corps, prince à Grenoble… ". Très tôt le matin, Napoléon quitte Corps et se met en route vers La Mure, arrivant en fin matinée ils fait halte sur la colline du Calvaire pour s’y restaurer sous le regard de toute la population. Napoléon félicite le maire qui a sauvé le pont et le nomme sous-préfet. De son passage, Napoléon aurait laissé une malle en bronze exposée au Musée Matheysin.
Le général Marchand qui commande à Grenoble est fermement décidé à arrêter l’usurpateur et à l'enfermer au fort Barraux. Il a envoyé le bataillon du commandant Lessard qui a pris position à Laffrey, défilé étroit entre la colline et le lac.

A l’entrée de ce village, entre lac et montagne, les troupes du 5ème de ligne occupent une place stratégique pour arrêter Napoléon. Ce dernier délaisse sa calèche pour un cheval et s’avance jusqu’à la portée des armes ennemies.

"Feu, feu" hurla Randon. Aucun soldat n’obéit…
Dans le silence, une voix forte et calme s’éleva : "Soldats du 5e ! Reconnaissez votre Empereur.." Puis ouvrant sa redingote, il poursuivit: "s’il en est un parmi vous qui veuille tuer son général, me voilà!"

Les fusils s’abaissent, les soldats fraternisent aux cris de « Vive l’empereur! », les cocardes tricolores fleurissent de toute part. Napoléon vient de remporter une victoire décisive…
Le lieu de cette confrontation est devenu la "Prairie de la Rencontre", immortalisée par le peintre allemand Steuben et marquée par une statue équestre de l’Empereur précédée en bordure de la route par deux aigles en bronze.

La rampe de Laffrey descend sur Vizille. Napoléon passe devant le château de Lesdiguières, là où en 1788 eut lieu la réunion des États du Dauphiné. Il monte vers Eybens et sur le plateau de Brié-et-Angonnes, l'Empereur rencontre le régiment de La Bédoyère venu à sa rencontre. À Grenoble, une longue ligne droite mène à la porte de Bonne que le général Marchand tient close. Il faut des heures pour que la population parvienne à l'enfoncer et c'est à la nuit que Napoléon entre place Grenette et va prendre son logement, non à la Préfecture, mais à l’hôtel des Trois Dauphins, rue Montorge, là où il était descendu, jeune lieutenant artilleur en garnison à Valence, en 1791.

Deux jours passés dans la ville de Grenoble ont permis à l’Empereur de recevoir les autorités, d’édicter les premiers décrets et d’envoyer, par Turin, un courrier à Marie-Louise, lui donnant rendez-vous à Paris.


L’histoire tourmentée de la statue

A la demande de Napoléon III, le sculpteur Frémiet exécute une statue de Napoléon sur son cheval pour orner la Place d’Armes (l’actuelle Place Verdun) à Grenoble. La défaite du Second Empire en 1870 entraîne la chute de la statue, destinée à la fonte. L’œuvre est mutilée, dépecée puis entreposée au dépôt des marbres jusqu’au moment où Paris et Grenoble se la disputent. La Capitale la réclame pour l’entrée des Invalides. Grenoble finit pourtant par récupérer son bien et décide de l’ériger à Laffrey, au centre de la Prairie de la Rencontre… Ce n’est qu’après un long et délicat travail de restauration exécuté par un maître fondeur que la statue, pesant près de 4 tonnes, put être érigée au bord du grand lac de Laffrey, Elle fut inaugurée officiellement le 31 Août 1930.
Les escaliers en pierre, la plateforme conduisant à la statue et la grille en fer de lance ont été installés plus tard, en 1963. Les deux aigles en bronze sur les piliers de l’entrée de la prairie ont été réalisé par Gilbert.
Annecy 5399
Annecy 5417
Annecy 5419
Annecy 5405


Voir les commentaires

Algérie, les années pieds-rouges

Publié le par fethiok

Jeudi 18 novembre 2010, à 18h30,dans les locaux de Amal, 57 Avenue Mar Randon 38000 Grenoble

Conférence-débat avec Catherine Simon , journaliste au Monde,

autour de son livre Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969) (Paris, éditions La Découverte, septembre 2009)

Entrée libre

 

Que s’est-il passé après l’indépendance de l’Algérie en 1962 ? À quoi ressemblait le pays au sortir de la guerre, une fois disparus les bateaux des pieds-noirs ? Quelles ont été les espérances de ces années-là, qui résonnaient des mots de révolution, de socialisme, d’autogestion ?

 

Fort mal connue, cette période est retracée dans le livre de Catherine Simon « Algérie, les années pieds-rouges. Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969) ». En l’espace de deux ans, Catherine Simon a réalisé plus de soixante entretiens de « Pieds-rouges », mais aussi d’historiens comme Mohamed Harbi, Benjamin Stora, Gilbert Meynier, ...

 

Médecins, instituteurs, artistes ou journalistes, qu’ils veuillent « réparer les dégâts » du colonialisme ou qu’ils rêvent de révolution mondiale, ceux qu’on appelait « les pieds-rouges », qui ont parfois tout quitté pour vivre en Algérie, se veulent au diapason du tiers monde et de ses chambardements. À travers leurs récits, une société se révèle.

 

Ce livre est la fresque d’une époque, d’un pays, d’une aventure humaine.

Grand reporter au quotidien Le Monde, où elle est entrée il y a plus de vingt ans, Catherine Simon en a été la dernière correspondante à Alger, au début des années 1990.

Pieds rouges

 

Algérie, les années pieds-rouges.
Des rêves de l’indépendance au désenchantement (1962-1969)

Catherine Simon, La Découverte, 288 pages.

Voir les commentaires

La route Napoléon en Isère: De Vizille à Grenoble

Publié le par fethiok

Exilé à l'Ile d'Elbe en 1814, Napoléon Bonaparte décide de revenir au premier plan de la vie politique française. Un an plus tard, le 1er Mars, il débarque à Golfe Juan et part accompagné d'une poignée de fidèles reconquérir son titre. Il choisit de se rendre à Lyon par les montagnes et éviter ainsi les résistances des villes royalistes. La Route Napoléon est donc le tronçon qui relie Golfe Juan à Grenoble, via Grasse, Digne et Gap.Il a réussi à parcourir 324 Km en 6 jours et le 20 mars il est rentré aux Tuileries, conformément à ses prédictions.

Voir les commentaires

Jugurtha

Publié le par fethiok


jugurtha2

Jugurtha est le petit-fils du roi numide
Massinissa((voir article du 25 novembre 2009) dont le tombeau se trouve à Cirta, l'actuelle Constantine, et qui fut un grand allié de Rome durant les guerres puniques ; il recevra le titre d'« ami de Rome ». Son père est Mastanabal, frère de Micipsa, tandis que sa mère est une esclave concubine. Comme il s'agit d'un successeur potentiel — le fils légitime de Mastanabal, Gauda, étant maladif —, Micipsa, roi de Numidie à l'époque, veut se débarrasser de Jugurtha en l'envoyant en Hispanie (actuelle Espagne) combattre avec les troupes auxiliaires de l'armée romaine. Jugurtha se montre brave et courageux et les armées numide et romaine sont victorieuses à Numance. Jugurtha se fait beaucoup d'amis à Rome — non seulement grâce à sa valeur mais aussi, quand il le faut, grâce à son argent — et c'est peut-être suite à des pressions des Romains que Micipsa finit par l'adopter trois ans avant sa mort, ce qui en fait l'un des héritiers du pouvoir. Après sa mort, le royaume est partagé entre ses fils Adherbal et Hiempsal et son fils adoptif Jugurtha.

Jugurtha, qui ne veut pas voir le royaume de Numidie divisé de cette manière, n'accepte pas la décision du sénat numide. En outre, ses cousins ne l'apprécient guère et ne se privent pas de railler son ascendance peu glorieuse. La même année, Jugurtha fait assassiner Hiempsal, le plus jeune des deux frères. Le sénat ne paraît pas offusqué par cet étrange décès et la Numidie est partagée entre Adherbal et Jugurtha. Les deux hommes continuent néanmoins à se faire la guerre jusqu'en 113 av. J.-C., date à laquelle Adherbal est assassiné par Jugurtha. En outre, ce dernier s'empare aussi de la cité de Cirta, massacrant les commerçants romains qui s'y trouvent. Rome accepte mal que ses ressortissants aient été massacrés, ni le fait que Jugurtha veuille mettre en place un royaume de Numidie fort et uni. Le consul Calpurnius est alors envoyé en Afrique du Nord et le conflit dure jusqu'en 111 av. J.-C., date à laquelle Jugurtha accepte de faire la paix.

À Rome, les avis sont divisés sur la question numide : les optimates considèrent que la Numidie doit rester un royaume indépendant, les populares considérant au contraire que la Numidie est une propriété du peuple romain. Jugurtha est alors convoqué devant le Sénat romain. C'est alors que le consul Postimius Albinus propose de régler le problème en donnant la couronne à Massiva, un cousin de Jugurtha. Ce dernier tue Massiva et s'enfuit. Les hostilités reprennent alors. Postimius Albinus ayant été vaincu par Jugurtha à la bataille de Calama, il est remplacé par un nouveau consul, Quintus Caecilius Metellus qui gagnera son surnom de Numidicus au cours de cette guerre. Ce dernier est secondé par le consul Caius Marius soutenu par les populares, Caecilius Metellus étant le patron de Marius. Caecilius Metellus sort victorieux, s'emparant des villes de Zama et Thala et repoussant Jugurtha en Maurétanie. Cependant, il est relevé de son commandement en 107 av. J.-C. au profit de Marius. Ce dernier remporte de nouvelles victoires contre Jugurtha à Cirta et à Capsa, l'actuelle Gafsa(Tunisie).

En 105 av. J.-C., à l'initiative du questeur Sylla, Jugurtha est capturé par son beau-père Bocchus, roi de Maurétanie, qui le livre à Rome. Bocchus reçoit le titre d'« ami de Rome » et la Numidie n'est pas annexée. Elle est cependant étroitement surveillée en devenant un royaume client de Rome. Les Romains placent sur le trône Gauda, fils légitime de Mastanabal. Marius est alors réélu consul en 105 av. J.-C. puis reçoit les honneurs du triomphe lorsqu'il retourne à Rome. Quant à Jugurtha, il meurt — sans doute étranglé — dans la prison de Tullianum vers 104 av. J.-C.

 

Voir les commentaires

1 2 > >>