Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Croissant... voilé

Publié le par fethiok

dilem ram

Voir les commentaires

Omar Ibn Ibrahim El Khayyâm (9)

Publié le par fethiok

CXXXIII

L'aurore ! Bonheur et pureté ! Un immense rubis scintille dans chaque coupe. Prends ces deux branches de santal. Transforme celle-ci en luth, et embrase l'autre pour qu'elle nous parfume.
CXXXIV

Las d'interroger vainement les hommes et les livres, j'ai voulu questionner l'urne. J'ai posé mes lèvres sur ses lèvres, et j'ai murmuré : "Quand je serai mort, où irai-je ?", Elle m'a répondu : "Bois à ma bouche. Bois longtemps. Tu ne reviendras jamais ici-bas."
CXXXV

Si tu es ivre, Khayyâm, sois heureux. Si tu contemples ta bien-aimée aux joues de rose, sois heureux. Si tu rêves que tu n'existes plus, sois heureux, puisque la mort est le néant.
CXXXVI

Je traversais l'atelier désert d'un potier. Il y avait au moins deux mille urnes, qui parlaient tout bas. Soudain, l'une d'elles cria: "Silence ! Permettez à ce passant d'évoquer les potiers et les acheteurs que nous étions..."
CXXXVII

Vous dites que le vin est le seul baume ? Apportez-moi tout le vin de l'univers ! Mon cœur a tant de blessures... Tout le vin de l'univers, et que mon cœur garde ses blessures !
CXXXVIII

Quelle âme légère, celle du vin ! Potiers, pour cette âme légère, faites aux urnes des parois bien lisses ! Ciseleurs de coupes, arrondissez-les avec amour, afin que cette âme voluptueuse puisse doucement se caresser à de l'azur !
CXXXIX

Ignorant qui te crois savant, je te regarde suffoquer entre l'infni du passé et l'infini de l'avenir. Tu voudrais planter une borne entre ces deux infinis et t'y jucher... Va plutôt t'asseoir sous un arbre, près d'un flacon de vin qui te fera oublier ton impuissance.
CXL

Une autre aurore ! Comme chaque matin, je découvre la splendeur du monde et je m'affige de ne pouvoir remercier son créateur. Mais, tant de roses me consolent, tant de lèvres s'offrent aux miennes! Laisse ton luth, ma bien-aimée, puisque les oiseaux se mettent à chanter.
CXLI

Contente-toi de savoir que tout est mystère : la création du monde et la tienne, la destinée du monde et la tienne. Souris à ces mystères comme à un danger que tu mépriserais. Ne crois pas que tu sauras quelque chose quand tu auras franchi la porte de la Mort. Paix à l'homme dans le noir silence de l'Au-delà !
CXLII

Au milieu de la prairie verte, l'ombre de cet arbre ressemble à une île. Passant, reste où tu es, là-bas ! Entre la route que tu suis et cette ombre qui tourne lentement, il y a peut être un abime infranchissable.
CXLIII

Que ferai-je, aujourd'hui ? Irai-je à la taverne ? Irai-je m'asseoir dans un jardin, ou me pencherai-je sur un livre? Un oiseau passe. Où vat-il ? Je l'ai déjà perdu de vue. Ivresse d'un oiseau dans l'azur torride ! Mélancolie d'un homme dans l'ombre fraîche d'une mosquée !
CXLIV

Un peu plus de vin, ma bien-aimée ! Tes joues n'ont pas encore l'éclat des roses. Un peu plus de tristesse, Khayyâm ! Ta bien-aimée va te sourire.
CXLV

Notre univers est une tonnelle de roses. Nos visiteurs sont les papillons. Nos musiciens sont les rossignols. Quand il n'y a plus ni roses, ni feuilles, les étoiles sont mes roses et ta chevelure est ma forêt.
CXLVI

Serviteurs, n'apportez pas les lampes puisque mes convives, exténués, se sont endormi. J'y vois suffisamment pour distinguer leur pâleur. Étendus et froids, ils seront ainsi dans la nuit du tombeau. N'apportez pas les lampes, car il n'y a pas d'aube chez les morts.
CXLVII

Quand tu chancelles sous le poids de la douleur, quand tu n'as plus de larmes, pense à la verdure qui miroite après la pluie. Quand la splendeur du jour t'exaspère, quand tu souhaites qu'une nuit défnitive s'abatte sur le monde, pense au réveil d'un enfant.
CXLVIII

Je dissimule ma tristesse, puisque les oiseaux blessés se cachent pour mourir. Du vin ! Écoutez mes plaisanteries! Du vin, des roses, des chants de luth et ton indifférence à ma tristesse, bien-aimée !
CXLIX

Seigneur, tu as placé mille pièges invisibles sur la route que nous suivons, et tu as dit : "Malheur à ceux qui ne les éviteront pas !" Tu vois tout, tu sais tout. Rien n'arrive sans ta permission. Sommes-nous responsables de nos fautes ? Peux-tu me reprocher ma révolte ?
CL

J'ai beaucoup appris et j'ai beaucoup oublié aussi, volontairement. Dans ma mémoire, chaque chose était à sa place. Par exemple, ce qui était à droite ne pouvait aller à gauche. Je n'ai connu la paix que le jour où j'ai tout rejeté avec mépris. J'avais enfin compris qu'il est impossible d'affirmer ou de nier.
CLI

J'ai eu des maitres éminents. Je me suis réjoui de mes progrès, de mes triomphes. Quand j'évoque le savant que j'étais, je le compare à l'eau qui prend la forme du vase et à la fumée que le vent dissipe.
CLII

Pour le sage, la tristesse et la joie se ressemblent, le bien et le mal aussi. Pour le sage, tout ce qui a commencé doit finir. Alors, demande-toi si tu as raison de te réjouir de ce bonheur qui t'arrive, ou de te désoler de ce malheur que tu n'attendais pas.
 

Voir les commentaires

Tour de France: Contre la montre de Grenoble

Publié le par fethiok

Ali 2470 crop

Andy SCHLECK

Ali 2424

Cadel  EVANS

Ali 2400

Thomas VOECKLER

Ali 2389

Damiano CUNEGO

Ali 2376

Alberto CANTADOR

Ali 2363

Samuel SANCHEZ

Ali 2354

  Ivan Basso

Ali 2350

Tom DANIELSON

Ali 2340

Pierre ROLLAND

Voir les commentaires

Vice Versa

Publié le par fethiok

 

Avant le mariage

 

 

Elle: Salut!

Lui: Ah, depuis le temps que j'attends ça!

Elle: Tu veux que je parte?

Lui: Non, je n'ose même pas y penser.

Elle: Tu m'aimes?

Lui: Bien sûr! Énormément!

Elle: Tu m'as trompée?

Lui: Non! Pourquoi demandes-tu ça?

Elle: Tu veux m'embrasser?

Lui: Chaque fois que j'en aurai l'occasion,

Elle: Tu me battras un jour?

Lui: Tu es folle? Jamais de la vie.

Elle: Je peux te faire confiance?

Lui: Oui ?

Elle: Chéri !

 

 

Après le mariage.

 

Relire le texte de bas en haut.

Voir les commentaires

Fin du conflit à Air Algérie

Publié le par fethiok

hic air

 

Pour l'anecdote, au mois de juin, un émigré qui devait rentrer en France a décollé de Constantine à 16h30 alors que son vol était était programmé à ...... 8 heures.

Voir les commentaires

Un 14 juillet à Grenoble

Publié le par fethiok

Water Effect

La poésie éclaire comme un feu d'artifice, elle ne veut pas chasser la nuit, mais, au contraire, en tirer parti.

 

 

  Le feu d'artifice a été animé par le groupe Dr.Feelgood.

 

Dr. Feelgood est un groupe britannique de pub rock. Il est essentiellement articulé autour du chanteur et harmoniciste Lee Brilleaux(Lee Collinson, 1952-1994) et du guitariste Wilko Johnson (né en 1947). Leur style est une sorte de rhythm and blues puissant et minimaliste, fait de compositions originales et de nombreuses reprises de standards du blues et du rock 'n' roll.

expo 1955

expo 1956

 

  expo 2024

expo 2029

expo 2032

expo 2097

expo 2102

expo 2107

expo 2114

expo 2115

Voir les commentaires

Orchestre National de Barbès à Grenoble

Publié le par fethiok

expo 1840

expo 1844

expo 1848

expo 1849

expo 1852

expo 1857

expo 1859

expo 1877

expo 1887

expo 1890

expo 1893

expo 1903

expo 1919

 

23 heures20; la dernière image (peut être) de l'ONB à Grenoble. Une canette vient de toucher un membre du groupe. La pluie n'a pas eu raison de la témérité de l'ONB, la bêtise humaine, si .

Des voyous, incultes; irrésponsables, intolérants, ont gâché un moment de convivialité. Dommage !

 

Voir les commentaires

Bâaziz à Grenoble

Publié le par fethiok

Ali 1790

Ali 1726

Ali 1733

Ali 1773

Ali 1780

Ali 1801

SUD

Voir les commentaires

Les 40 batteurs au musée Hébert de La Tronche (38700)

Publié le par fethiok

 

 

Adrets 1641

 

 

Antoine-Ernest-Auguste Hébert, né à Grenoble le 3 novembre1817 et mort à La Tronche (Isère) le 5 novembre 1908, est un peintre académique français.

Dauphinois d'origine, cousin de Stendhal, Ernest Hébert se forme seul à la peinture, recevant les conseils de David d'Angers et de Paul Delaroche En 1839, il obtient un grand succès au Salon avec Le Tasse en prison. Il entre aux Beaux-arts, et il reçoit le prix de Rome, à la suite de quoi il s'installe à Rome. Il peint essentiellement la campagne romaine avec beaucoup de luminosité. À son retour en France, il devient un peintre officiel du Second Empire. Peintre brillant, il se dégage mal des conventions de l'académisme. Il est pensionnaire de la Villa Médicis de 1840 à 1844, puis directeur de l'Académie de France à Rome de 1867 à 1873 et de 1885 à 1891. Il meurt à 91 ans dans sa maison de La Tronche, qui est devenue le musée Hébert.

 

Adrets 1658

Adrets 1667

Adrets 1680

Adrets 1681

Adrets 1682

Adrets 1695

 

http://www.40batteurs.com/

Voir les commentaires

Gare à l'éléphant !!!

Publié le par fethiok

DESSIN marianne-copie-1

 

 

l-oeil-de-thibaut-soulcie,M55864

Voir les commentaires

1 2 > >>