Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Vestiges en ruines?

Publié le par fethiok

Voir les commentaires

Lambèse_Tazoult dans les Aurès

Publié le par fethiok




Lambèse officiellement Lambèse-Tazoult (latin : Lambaesis) est une ville militaire d'Afrique romaine se situant au nord-est de l’Algérie dans la région des Aurès, à 10 km de Batna, sur la route de Timgad à Khenchela.

L’agglomération de Lambaesis eut comme premier élément un camp de 200 mètres édifié en 81 par la IIIe Légion Augusta, un deuxième de deux hectares sera construit un peu plus tard et un troisième le suivra très peu après, les lieux furent inspectés par l’empereur Hadrien en 128.

L’agglomération civile se développa autour des bâtiments militaires peuplés de soldats et d’autres catégories de personnel tel l’officum.

Les ingénieurs militaires ont aidé à la construction des édifices du Lambèse civil.

À partir de la deuxième moitié du IIIe siècle le statut juridique de la ville changea, de simple municipe elle est élevée au rang de colonie et devint ainsi la capitale de la Numidie.

La légion est dissoute en 238, à la suite de troubles liés à la nomination de l’empereur Gordien Ier, privant la cité de son soutien économique majeur. Quelques décennies plus tard Lambèse perd son titre de capitale en raison de la restructuration politique de 315. Constantin regroupe les deux Numidie et en transfère le chef-lieu à Cirta.

Les fouilles de la ville antique commencent en 1848, dirigées par le colonel du 2e régiment de la Légion étrangère, Carbuccia.


Voir les commentaires

Poste de Commandement!

Publié le par fethiok

Voir les commentaires

Les perles des Hots-Lines

Publié le par fethiok


-
Monsieur, faites control+alt+suppr.
- Ah oui, je connais ça. (on entends en fond : click click click....)
- Que se passe-t-il à l'écran Monsieur ?
- Ben rien
- Recommencez ctrl+alt+supp
- (click click click click...)
- Et maintenant ?
- Toujours rien
- Comment faîtes vous la manipulation ?
- Ben j'appuie sur les touches c,o,n,t,r,o,l et après sur le + et ainsi de suite. Y faut peut être l'accent sur contrôle ?


- Mon disque dur est félé !
- Et y'a quoi à l'écran ?
- Ben que mon disque est félé !
- Lisez moi exactement ce qu'il y a sur l'écran.
- Hard drive failure !


- Double cliquez sur le Poste de travail SVP.
- C'est où ça ?
- A l'écran vous avez une icône Poste de Travail.
- Je ne comprends rien du tout ! Pourquoi vous me parlez de poste de travail ?
- Vous n'avez pas de Poste de Travail madame ?
- Ah ben non ! Je suis retraitée moi !


- Double cliquez sur le poste de travail.
- Ah bon, il faut être devant son ordinateur ? Non, parce que là je suis au travail.
- (Non, c'est pas utile, c'est juste pour emmerder le monde, nous on aime bien ça)


- Décrivez moi votre écran
- Echap, F1 F2 F3....
- Non çà c'est votre clavier, l'écran c'est la télé
- Vous me prenez pour un con là ou je rêve ?


- C'est un client qui désire utiliser internet au bout de 30 min il s'énerve et demande un moyen pour se former
- Monsieur je vous conseille "internet pour les nuls"
- Comment ça je suis nul.
- Je ne vous ai pas dit que vous étiez nul, je vous conseille d'acheter le livre intitulé "internet pour les nuls"
- C'est un scandale passez moi votre responsable je me plaindrai.


- Ca me met nom d'utilisateur ou mot de passe incorrect
- Fermez la fenêtre Monsieur svp
- Euh oui, c'est vrai qu'il y a un peu de bruit dehors...

 


- Bonjour, comment on efface l'historique d'internet svp ?
- Vous vous rendez dans le menu outils, puis options internet et effacer l'historique. On a fait de mauvaises visites ?
- Non, non très bonne mais je suis sur le PC de ma copine et elle rentre de vacances demain...


- Bonjour, mon fils a pris un abonnement chez vous, mais je n'ai pas le mot de passe pour me connecter... il a 13 ans et j'aimerais bien aller voir internet
- Oui, (après vérif de ses coordonnées) monsieur, veuillez noter :
T-R-O-U (obligé d'épeler, mort de rire..) D-U-C-U-L.
- Argh ! Sale gosse ! Il va se prendre sa raclée quand il reviendra...


- Bonjour, j'ai mon Nescafé qui ne marche pas...
- Heu .. je suis désolé Madame, mais nous ne faisons pas de support pour les appareils éléctroménager
- Non non c'est Nescafé pour internet ...
- (???)... Ne vous voulez vous pas parler de Netscape par hasard ?
- Oui c'est bien ça ! Nescape... Nescafé... c'est la même chose...
- [Pour se réveiller le matin, rien de mieux qu'une bonne tasse de Netscape]


- Bonjour, mon imprimante ne fonctionne pas...
- Bon on va vérifier certaines choses. Tout d'abord est-ce qu'elle est On-line ?
- Euh non... c'est une Epson.

Voir les commentaires

A court d'idées?

Publié le par fethiok

Voir les commentaires

Anna Gréki

Publié le par fethiok

Née le 14 mars 1931 à Batna dans une famille française, Colette Anna Grégoire, épouse Melki, pour l’état civil, a grandi à Menaâ, commune d’Arris. Son enfance au cœur des Aurès déterminera toute sa vie et, avant même ses engagements politiques ou culturels, l’adolescente sera marquée par l’extrême pauvreté, mais aussi les traditions de solidarité et la dignité des Chaouis. Se considérant déjà comme pleinement Algérienne, c’est à Annaba que son éveil politique prendra forme et l’amènera à participer directement à la guerre de Libération nationale. Elle sera arrêtée par les parachutistes de Massu en 1957 et emprisonnée à Barberousse (Alger) avant d’être expulsée d’Algérie. Cet engagement a donné à son écriture poétique à la fois un souffle et une thématique centrale parcourue également d’une ode permanente à la grandeur de l’amour et à la beauté du pays. Elle est considérée comme l’une des premières écrivaines algériennes et c’est sous le pseudonyme de Anna Gréki qu’elle s’est fait connaître, laissant une œuvre peu abondante, riche et enlevée, généralement sous forme de vers libres. En 1963, l’éditeur canadien J.-P. Oswald publie son fameux recueil Algérie, capitale Alger, édité simultanément à Tunis avec une préface de Mostefa Lacheraf et une traduction jointe en arabe de Tahar Cheriaâ. Plusieurs de ses poèmes ont paru dans des revues, notamment à partir de l’indépendance dans l’hebdomadaire Révolution africaine. Décédée en janvier 1966 dans une maternité, elle ne verra pas paraître son recueil intitulé Temps forts, édité la même année par Présence africaine (Paris). Mostefa Lacheraf, dans la préface précitée, a écrit : « On rêvera longtemps après la lecture de ces poèmes. Cette toute jeune femme porte la marque des plus grands. »


 

J'habite une ville si candide

Qu'on l'appelle Alger la Blanche

Ses maisons chaulées sont suspendues

En cascade en pain de sucre

En coquilles d'oeufs brisées

En lait de lumière solaire

En éblouissante lessive passée au bleu

En dentelle en entre-deux

En plein milieu

De tout le bleu

D'une pomme bleue

Je tourne sur moi-même

Et je bats ce sucre bleu du ciel

Et je bats cette neige bleue de mer

Bâtie sur des îles battues qui furent mille

Ville audacieuse

Ville démarrée

Ville marine bleu marine saline

Ville au large rapide à l'aventure

On l'appelle El Djezaïr

Comme un navire

De la compagnie Charles le Borgne

 

Voir les commentaires

Pair et impair...

Publié le par fethiok

                                           باباأبي

Voir les commentaires

Mon vieux

Publié le par fethiok

Dans son vieux pardessus râpé
Il s'en allait l'hiver, l'été
Dans le petit matin frileux
Mon vieux.

Y avait qu'un dimanche par semaine
Les autres jours, c'était la graine
Qu'il allait gagner comme on peut
Mon vieux.

L'été, on allait voir la mer
Tu vois c'était pas la misère
C'était pas non plus l'paradis
Hé oui tant pis.

Dans son vieux pardessus râpé
Il a pris pendant des années
L'même autobus de banlieue
Mon vieux.

L'soir en rentrant du boulot
Il s'asseyait sans dire un mot
Il était du genre silencieux
Mon vieux.

Les dimanches étaient monotones
On n'recevait jamais personne
Ça n'le rendait pas malheureux
Je crois, mon vieux.

Dans son vieux pardessus râpé
Les jours de paye quand il rentrait
On l'entendait gueuler un peu
Mon vieux.

Nous, on connaissait la chanson
Tout y passait, bourgeois, patrons,
La gauche, la droite, même le bon Dieu
Avec mon vieux.

Chez nous y avait pas la télé
C'est dehors que j'allais chercher
Pendant quelques heures l'évasion
Tu sais, c'est con!

Dire que j'ai passé des années
A côté de lui sans le r'garder
On a à peine ouvert les yeux
Nous deux.

J'aurais pu c'était pas malin
Faire avec lui un bout d'chemin
Ça l'aurait p't'-êt' rendu heureux
Mon vieux.

Mais quand on a juste quinze ans
On n'a pas le cœur assez grand
Pour y loger tout's ces chos's-là
Tu vois.

Maintenant qu'il est loin d'ici
En pensant à tout ça, j'me dis
"J'aim'rais bien qu'il soit près de moi"
PAPA...


 Daniel GUICHARD.

Voir les commentaires

Art...

Publié le par fethiok

                          السبت                                          

Voir les commentaires

Arts de la rue à Echirolles(38130)

Publié le par fethiok








Fondateur de  la compagnie Malka. Bouba Landrille Tchouda est actuellement artiste invité dans le cadre d’une résidence accueillie par la Ville d’Echirolles et soutenue par le Conseil Général de l’Isère. Cette résidence lui permet de développer différents projets sur Echirolles et le territoire Isérois.

Son spectacle présenté cette après midi à Echirolles s'intitule:"La fôret de trottoir".

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>