Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Rose de Blida, Kateb YACINE

Publié le par fethiok

Mère kateb Yacine

Yasmina, la maman de Kateb Yacine...

« Je suis né d'une mère folle très géniale. Elle était généreuse, simple, et des perles coulaient de ses lèvres. Je les ai recueillies sans savoir leur valeur. Après le massacre du 8 mai 1945, je l'ai vue devenir folle. Elle, la source de tout. Elle se jetait dans le feu, partout où il y avait du feu. Ses jambes, ses bras, sa tête, n'étaient que brûlures. J'ai vécu ça, et je me suis lancé tout droit dans la folie d'un amour, impossible pour une cousine déjà mariée.»

kateb 1 
Kateb YACINE, son épouse, sa mère et son fils Amazigh, leader du groupe grenoblois Gnawa Diffusion .


En souvenir de celle qui me donna le jour
La rose noire de l’hôpital

Où Frantz Fanon reçut son étoile
En plein front
Pour lui et pour ma mère
La rose noire de l’hôpital
La rose qui descendit de son rosier
Et prit la fuite

A nos yeux s’enlaidissant par principe
Roulée dans le refus de ses couleurs
Elle était le mouchoir piquant de l’ancêtre
Nous accueillait tombés de haut
Comme des poux en manœuvre
Plus son parfum de plèbe en fleur nous fit violence
Par son mélange dépaysés
Plus elle nous menaça
Du fond de sa transhumance meurtrie
Cueillie ou respirée
Elle vidait sur nous
Son cœur de rose noire inhabitée
Et nous étions cloués à son orgueil candide
Tandis qu’elle s’envolait pétale par pétale
Neige flétrie ou volcanique
Cendre modeste accumulant l’outrage
Exposée de soi-même à toutes les rechutes
Dilapidée aux quatre vents

Venait-elle dans cette chambre ?
Elle venait.
Amante disputée
Musicienne consolatrice
Coiffée au terme de son sillage
Du casque intimidant de la déesse guerrière
Elle fut la femme voilée de la terrasse
L’inconnue de la clinique
La libertine ramenée du Nadhor
La fausse barmaid au milieu des pieds-Noirs
L’introuvable amnésique de l’île des Lotophages
Et la mauresque mise aux enchères
A coups de feu
En un rapide et turbulent
Et diabolique palabre algéro-corse
Et la fleur de poussière dans l’ombre du fandouk
Enfin la femme sauvage sacrifiant son fils unique
Et le regardant jouer du couteau
Sauvage ?
Oui
Sa noirceur native avait réapparu
Visage dur lisse et coupant
Nous n’étions plus assez virils pour elle
Sombre muette poussiéreuse
La lèvre blême et la paupière enflée
L’œil à peine entrouvert et le regard perdu
Sous l’épaisse flamme fauve rejetée sur son dos
Le pantalon trop large et roulé aux chevilles
Et le colt sous le sein
Avec la paperasse et la galette brûlée

Rarement, avec un soupir, elle retrouvait le collier d’ambre qu’elle mordait plutôt ou triturait, pensive, et brandissant le luth fêlé de son ultime admirateur, Visage de Prison, qui prononçait son nom de cellule en cellule, sans parler de Mourad et sans parler du bagne, sans parler de l’aveugle, un nommé Mustapha, que poursuivait son ombre en une autre prison, lui qui avait pourtant franchi les portes, mais il ne savait pas qu’il était libéré.

Nous n’étions plus alors que sa portée
Remise en place à coups de dents
Avec une hargne distraite et quasi maternelle
Elle savait bien
Elle
A chaque apparition du croissant
Ce que c’est de porter en secret une blessure
Elle savait bien
Elle
En ses seins pleins de remous
Ce qu’était notre fringale

Pouvait-elle
Sillon déjà tracé
Ne pas pleurer à fleur de peau
La saison des semailles ?
Même à sa déchirure de rocaille
Pouvait-elle ignorer comment se perdent les torrents
Chassés des sources de l’enfance
Prisonniers de leur surabondante origine
Sans amours ni travaux ?

Fontaine de sang, de lait, de larmes, elle savait d’instinct, elle, comment ils retomberaient, venus à la brutale conscience, sans parachute, éclatés comme des bombes, brûlés l’un contre l’autre, refroidis dans la cendre du bûcher natal, sans flamme ni chaleur, expatriés.
 

Kateb YACINE est un écrivain algérien né à Condé Smendou, aujourd'hui Zighoud Youcef ( Constantine) le 2 août 1929, mort à Grenoble le 28 octobre 1989.

Commenter cet article

Martine Eglantine 30/10/2012 07:18

Ce poème m'a beaucoup émue. Merci de ce partage.

Chris 29/10/2012 11:33

De bien belles lignes ! Je ne connais pas cet auteur pas plus que la littérature orientale.
Merci de me le faire découvrir.
Bises

Océanique 28/10/2012 16:49

C'est beau et émouvant tout à la fois
Amitié

DACAIO 28/10/2012 13:27

j'ai ressenti une émotion incroyable en lisant cet article sur un écrivain que je ne connaissais pas ... Ses mots sont terriblement évocateurs .. j'ai envie d'en savoir plus .. je vais aller me
renseigner à la bibliothèque de ma ville sur ses écrits ... bonne journée - bisous

mansfield 28/10/2012 10:51

Un magnifique hommage à une mère, une vision plus que réaliste du déracinement provoqué par la guerre et le contexte économique et un ode à la liberté. En tant qu'originaire de Guadeloupe par ma
mère , de Martinique par mon père et bien que née à Casablanca,je suis touchée par la la référence à Franz Fanon.

Fabymary POPPINS 28/10/2012 10:12

quelle triste histoire

biker06 28/10/2012 07:54

hello fethi
chic une heure de calins en plus ce matin ! hi hi hi
bon dimanche
@ + Pat

patriarch 28/10/2012 07:36

Bel écrit... je ne connaissais pas ce poète. Merci..

De la neige ce matin sur Grenoble et pas qu'un tapis....

Bon dimanche Amitiés.

Pauvre tutZAZA 28/10/2012 07:25

Un très beau texte Fethi. Bises et bon dimanche.

jill bill 28/10/2012 01:25

Bonjour Fethia... Je découvre l'écrivain que tu as choisi ce jour, et les portraits de famille.... Il est des instants de vie qui marquent l'esprit à jamais comme ce 8 mai 45.... Merci à toi, jill