Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #politique tag

1989-2009:Les murs murent le monde.

Publié le par fethiok

1) La grande muraille du Maroc“ connue sous le nom de ceinture de sécurité; est un mur de défense long de 2.720 km. Ce mur est destiné à protéger le Maroc des intentions hostiles du Front Polisario .

2) La Corée du Sud, elle aussi, se protège de la Corée du Nord par une ‘barrière’.

3) L'Inde aussi, a construit son mur de 3.300 km afin de marquer sa séparation du Pakistan voisin.

4) Le Botswana construit des barrières électrifiées à sa frontière avec le Zimbabwe. De source officielle “on veut empêcher les animaux de ferme contaminés d' entrer dans le pays”. En fait il s’agit de limiter l’arrivée de ceux qui veulent échapper aux massacres ethniques.

5)L'
Arabie Saoudite, construit un mur en béton muni de caméras de surveillance particulièrement sophistiquées. Ce mur destiné à empêcher les infiltrations yéménites coûtera la bagatelle d'un demi-milliard d'euros. Peu importe la colère des tribus locales qui affirment que la construction lèse le territoire yéménite de près de 7 kms.

6)L'Arabie Saoudite met également en place une barrière ultra-moderne sur les 900 km de frontière commune avec l'Irak .

7) La Turquie revendique une partie de l’île chypriote. Elle a tenu donc a délimiter ce territoire par une barrière.

8)Depuis 2007, la Thaïlande édifie une barrière physique le long des 75 km les plus accessibles de sa frontière avec la Malaisie. Le but, selon Bangkok, est d'empêcher les terroristes ; de traverser les provinces agitées, à majorité musulmane du sud de la Thaïlande.

9)Le Pakistan construit actuellement une barrière de 2.400 km pour être séparé de l'Afghanistan.

10)L'Ouzbékistan a érigé une clôture le long de sa frontière avec le Tadjikistan. Les Emirats arabes unis sont en train de mettre en place une barrière sur leur frontière avec Oman et le Koweït renforce le mur de 215 km le long de sa frontière avec l'Irak .

11)Le mur entre le Mexique et les Etats-Unis, est érigé pour protéger les Américains de l’émigration de Mexicains illégaux qui cherchent à fuir la misère.

12)L'Espagne de Javier Solana et de Moratinos a érigé une barrière électrifiée gardée par des soldats, aux enclaves de Ceuta et Melilla. Elle doit protéger l’Espagne des travailleurs illégaux marocains et sub sahariens, qui tentent deentrer sur son territoire pour échapper à la famine.

13) Il y a aussi les célèbres murs d' Irlande , où, depuis plus de trente ans, on tient à séparer les catholiques des protestants. Dans ce but, des rues ont été coupées afin de mettre un terme aux jets de pierres, cocktails Molotov, grenades, et autres projectiles. Des quartiers entiers de Belfast ont été défigurés
, des maisons rasées et des habitants expulsés dans l’indifférence internationale générale.

14)...                           je vous laisse compléter la liste 

Image: image001-1--ec72b2.jpg


Voir les commentaires

Avant Egypte-Algérie:Comment les égyptiens voient les algériens.

Publié le par fethiok


La superstar en Égypte actuellement n’est ni Adel Imam ni Leïla Aloui, ni encore Ahmed Hilmi, mais l’Algérien tout court. Il suffit de dévoiler sa nationalité devant un “autochtone” pour se retrouver entouré d’une nuée d’Égyptiens vous dévisageant.

Le regard n’est pas hostile, mais plutôt “questionneur”, avec une touche de réprobation. Les questions fusent de partout : “Pourquoi êtes-vous si haineux à notre encontre ?” “Pourquoi vous faites tout pour nous humilier ?” ou encore “Vous avez dépassé toutes les bornes avec nous, que ce soit lors du match aller ou dans tout ce que vous publiez dans vos journaux”. Ce ne sont là que des exemples des nombreuses interrogations que les Algériens subissent. Cependant, il est très rare que cela dépasse le cadre de la conversation indécente même s’il est quasi impossible de faire changer d’avis des Égyptiens remontés comme des pendules.

Des “charamikhe” promis à l’enfer

Pour eux, les Algériens sont tellement chauvins qu’ils sont prêts à tout faire pour gagner “surtout lorsqu’il s’agit de l’Égypte”. Au fil des jours et des rencontres, les raisons de cet état d’esprit devenaient de plus en plus claires. Évidemment, l’essentiel tourne autour du football. Il ressort en premier lieu ce qui s’est passé au match aller (victoire de l’Algérie par 3 buts à 1) : “Vous avez tout fait pour nous battre.” L’essentiel des remontrances égyptiennes consiste dans le fait d’avoir perturbé le sommeil des joueurs en mettant, la veille du match, la musique à fond devant leur hôtel, utilisé des fumigènes, qu’ils appellent “chamarikhe”, pour aveugler El-Hadri (gardien de but des Pharaons : ndlr), et aussi d’avoir empoisonné les joueurs.

À ces accusations, s’ajoutent ce qui se passe depuis plusieurs semaines par médias interposés. Les photos du “mariage” de Saâdane avec Shehata et celles montrant Aboutrika et ses coéquipiers avec des visages d’actrices égyptiennes, sont considérées comme “une atteinte à l’honneur et à la dignité des Égyptiens”.

“Mieux” encore, l’histoire du maillot de l’équipe égyptienne que des Algériens auraient brûlé a été transformée en une affaire “d’atteinte à la sûreté de l’État”. La vidéo qui a fait le tour de la toile et des chaînes de télévision privées locales s’est transformée dans l’esprit des jeunes Cairotes en la brûlure de dizaines de drapeaux par des milliers d’Algériens en furie.

Cette ambiance “gonflée” par l’énormité des rumeurs colportées par les médias locaux, et “gobées” sans aucune remise en cause par les Égyptiens, montre à quel point le match du 14 novembre “allume” les passions et est en train de dépasser de très loin le cadre du football, au point que de “vieux” dossiers ont été déterrés. On est même revenu au match de 1979 dans lequel le gardien égyptien de l’époque aurait été agressé par des joueurs algériens sans oublier l’épisode de Belloumi en 1989.

Ce constat reflète leur état d’esprit réactif. La “victimisation” à outrance leur fait accuser les Algériens d’“égyptophobie” primaire. Un constat amer, mais bien réel et qui s’amplifie de plus en plus à l’approche du Jour J.

Néanmoins, les Algériens se trouvant en ce moment sur place soutiennent qu’à aucun moment il n’ y a eu de bagarres ou même des insultes. “Ils n’oseront pas nous toucher parce que nous sommes pour eux des étrangers venus dépenser d
e l’argent. le tourisme est la principale rentrée d’argent du pays”, nous dira un “trabendiste” algérien rencontré du côté de la mosquée de sayidina-El-Hussein, qui précise : “en tout cas jusqu’au jour du match, parce qu’au stade, ils vont tous se transformer.”
C’est d’ailleurs ce que répètent à satiété les jeunes du Caire à leurs interlocuteurs algériens. “Vous êtes les bienvenus chez nous, mais n’essayez même pas de venir au stade parce que sur place on ne peut rien vous promettre, si ce n’est l’enfer.”

La langue officielle en Algérie est le… français !

Cependant, mis à part cette “connaissance” footballistique, qui sont les Algériens pour les Égyptiens ? Une question devant laquelle les réponses sont toutes  les mêmes : “Qui ne connaît pas les habitants du pays du million de martyrs !” Mais encore ! Là, l’Égyptien fait un bug. Du balbutiement à l’approximation, il montre à chaque fois sa méconnaissance totale du “pays frère” du Maghreb. Ainsi plusieurs d’entre eux sont persuadés que la première langue en Algérie est le… français. Si vous essayez de leur faire comprendre qu’ils sont dans le faux, ils sont même prêts à vous contredire : “Vous ne pouvez pas me contredire puisque j’ai moi-même rencontré plusieurs jeunes algériens qui venaient régulièrement au café dans lequel je travaillais et ils ne parlaient qu’en français sans aucun mot en arabe et en plus ils ne comprenaient pas ce que je leur disais !” affirme avec une assurance non dissimulée Wael, serveur dans un café au Zamalek.

Pour lui, c’est même une évidence : “vous avez été longtemps colonisés par les Français et qu’il y a eu beaucoup de mélanges entre les deux peuples.” L’autre argument qui vient appuyer leur “vérité” est la présence d’une majorité de Franco-Algériens dans les organismes et institutions français se trouvant en Égypte : “Il suffit d’aller au centre culturel français pour s’en convaincre !” Si vous leur parlez de l’histoire de l’Algérie, en passant par Massinissa et Juba II, sans oublier les Fatimides qu’ils connaissent pourtant “bien”, ils vous écoutent avec étonnement sans pour autant se remettre en cause.

Ces idées reçues se sont même amplifiées avec le grand tapage des chaînes de télévision privées. Ces dernières, à l’image des deux chaînes Dream ou encore Modern Sport, sont devenues de véritables manipulatrices d’opinion au pays des Pharaons. Les éliminatoires de la Coupe du monde du football ont été une véritable poule d’or pour les patrons de ces télés, qui font et défont l’actualité locale depuis plusieurs semaines.

Malgré les nombreuses critiques sur le contenu de leurs programmes, les dérapages anti-algériens continuent crescendo. Cependant, il ne faut pas oublier que de l’autre côté, une certaine presse algérienne nage dans les mêmes eaux troubles. Coupables, c’est une évidence qu’ils le sont. Reste à savoir s’ils seront condamnés à temps.

Source:Liberté

Voir les commentaires

Et c'est parti...pour la division

Publié le par fethiok

Voir les commentaires

Qu'est-ce qu'être français?

Publié le par fethiok


Voici  la question posée par Eric Besson ministre de l'Immigration, de l'Intégration, de l'Identité nationale et du Développement solidaire ,né  à Marrakech d'une mère libanaise et d'un père français pilote -instructuer .Il est passé du PS... à l'UMP et au rythme où vont ses "idées" bientôt au FN?
Donc la réponse à sa question est:" Cela nous vous regarde pas!"

Voir les commentaires

Aide "humanitaire"

Publié le par fethiok

Voir les commentaires

Pendant ce temps là, en Algérie:Les émeutes reprennent à Diar Chems(Alger)

Publié le par fethiok




De nombreux blessés ont été dénombrés parmi les services de police et les citoyens à la suite des émeutes qui ont éclaté à Diar Chems hier après-midi.

De nombreux policiers ont été blessés hier alors qu’ils tentaient de disperser les manifestants qui ont investi la rue au quartier de Diar Chems à El Madania.

Tous les moyens humains des services de sécurité ont été appelés en renfort pour mettre un terme aux émeutes mais sans succès puisque le calme n’est toujours pas revenu à la tombée de la nuit.
Les habitants du quartier ont utilisé tout ce qui leur tombait sous la main pour se protéger contre l’assaut donné par la police aux environs de 18h. Il y a eu également des blessés parmi les citoyens.

 Depuis les balcons et les fenêtres, les habitants ont jeté des cocktails Molotov contre les policiers. Même des sacs de ciment et de sable ont été utilisés comme projectiles contre les services de l’ordre qui ont essayé de se barricader pour éviter de nouvelles victimes. Ils n’ont pas hésité à répliquer à coups de grenades lacrymogènes visant même les personnes qui se tenaient aux balcons et aux fenêtres. Les barres de fer et des morceaux de bois qui servaient d’armatures aux baraques de fortune ont été arrachés pour attaquer les policiers. De nombreuses ambulances ont été dépêchées sur les lieux pour évacuer les blessés.

Les habitants sont sortis dans la rue hier après-midi pour renouveler leurs doléances dans l’espoir d’obtenir des logements sociaux. Mais la foule a été chargée par la police antiémeute dans l’espoir de mettre fin aux attroupements dans ce quartier. Canons à eau et gaz lacrymogènes restent le seul moyen des policiers pour disperser les manifestants, à côté, bien sûr, des matraques.

Ces incidents ont éclaté dans ce quartier populaire d’Alger car les habitants, parmi lesquels des jeunes et des femmes, ont voulu protester contre leurs mauvaises conditions de logement. Ils ne se sont pas privés de jeter contre les policiers tout ce qui leur tombait sous la main. Ils n’ont pas cessé de lancer des projectiles contre les forces de l’ordre. Bilan: plusieurs d’entre eux ont été blessés. Même les manifestants ont été blessés lors des violentes charges des policiers. D’ailleurs, des femmes et leurs bébés affectés par les gaz lacrymogènes ont été transférés à l’hôpital.
De crainte des représailles, certains jeunes ont préféré ne sortir dans la rue qu’encagoulés.
Les habitants de la cité Diar Chems d’El Madania ont délégué, hier, quelques représentants pour rencontrer les autorités et discuter des solutions à apporter au problème du logement.
Les citoyens ont considéré que les autorités n’ont eu de cesse de faire des promesses sans jamais voir un début de concrétisation des projets
de
logements attendus. Ils ont eu recours, une nouvelle fois, à la contestation dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol. Ils ne veulent plus continuer à vivre dans des baraques ou dans des logements exigus.

Les services de la daïra de Sidi M’hamed ont déjà recensé les besoins en logements sociaux d’El Madania, mais ce ne sont pas tous les postulants qui ont eu droit à un toit. Ceux qui n’avaient pas été retenus par la commission d’attribution ont alors ressenti du dépit. Ils n’ont pu contenir leur impatience et ils comptent sur la révolte dans la rue pour attirer l’attention des responsables et les forcer à redoubler d’efforts pour leur procurer un toit.

Les chefs de famille n’ont eu pour seul choix que de tenter de prendre possession de certains terrains de la commune pour ériger de nouvelles demeures de fortune. Cette initiative n’a pas été du goût des représentants de l’APC, qui se sont d’ailleurs abstenus de tout commentaire suite à cette affaire.

D’un autre côté, les démarches entreprises auprès de la daïra n’ont pas été couronnées de succès. Acculés de partout, les citoyens ont fini par exprimer leur désarroi de façon on ne peut plus claire.

Source:L'expression


                                        الجزائر

Voir les commentaires

Hors catégorie

Publié le par fethiok

فرانسا




                                                                   فرانسا

Voir les commentaires

Contre l'oubli et à la mémoire des victimes algériennes lors de la répression du 17 octobre 1961

Publié le par fethiok



                            Samedi  17 octobre 2009 à 18 heures
                               Rassemblement à Grenoble

            Place Edmond ARNAUD  (Quartier Très-Cloîtres)




Le 17 octobre 1961, pendant la guerre menée par l'Etat français contre le peuple algérien alors en lutte pour son indépendance, des dizaines de milliers d'Algériens manifestaient pacifiquement à Paris contre le couvre-feu imposé par le Préfet de Police de Paris d'alors, Maurice Papon.

Des dizaines de manifestants furent massacrés et certains jetés à la Seine ce jour-là et les jours qui suivirent, des milliers d'algériens furent arrêtés, torturés ou encore refoulés en Algérie.

Quarante huit ans après l'Etat français n'a toujours pas reconnu officiellement sa responsabilité dans ce crime d'Etat que constitue la répression des 17 et 18 octobre 1961. Chaque année des associations, des syndicats, des partis de gauche et d'extrême-gauche appellent à un rassemblement pour exiger la reconnaissance officielle de la vérité sur ces évènements.

Voir les commentaires

L’ambassadeur de France à Batna

Publié le par fethiok

Lors d’une séance de travail organisée avec les opérateurs économiques de la wilaya de Batna, l'ambassadeur de France à Alger, M. Xavier Driencourt, a plaidé l'intérêt que manifestent les entreprises françaises à investir en Algérie.


Le diplomate a réaffirmé, à cette occasion, la volonté des entreprises françaises à apporter leur savoir-faire dans leurs projets en Algérie. Le diplomate français a évoqué, à cet effet, “la possibilité de créer à l'avenir, en Algérie, des unités de montage de voitures dans le cadre d'un partenariat entre investisseurs algériens et français”. Il a souligné, en substance, que cette activité pourrait venir en appoint à celles déjà  en cours, liées à la commercialisation  et à la formation dans le secteur automobile.

L’ambassadeur a affirmé que l’effort actuellement déployé par l’Algérie en matière de développement des infrastructures de base, notamment le projet de l’autoroute Est-Ouest, encourage
l’investissement dans ce domaine.  Le chef de la mission diplomatique française à Alger a fait part, à ce propos, de la volonté des investisseurs français à promouvoir une offre de prestations de qualité dans le domaine de l’industrie automobile, et pourquoi pas le montage de voitures françaises en Algérie à l’avenir.

Sur une question relative au partenariat dans le domaine de l'hôtellerie, l'ambassadeur a affirmé qu’“il faut que l'Algérie fasse aussi un effort, il me semble, en matière touristique pour promouvoir la destination Algérie pour attirer les touristes étrangers. Je prends l'exemple suivant :
si vous prenez, comme il nous arrive à nous tous, le métro à Paris, à partir du mois de mars, vous voyez de grandes affiches annonçant un séjour à Hammamet pour 300 euros, sur une autre un séjour à Marrakech pour 400 ou à 450 euros, mais pardonnez-moi de vous dire que je n'ai pas vu, jusqu’à ce jour, une seule affiche pour un séjour à Batna ou à Timgad pour 400 euros ou pour un prix différent. Je crois qu'il faut que l'Algérie fasse aussi un effort dans ce sens”. Et d'ajouter : “L'industrie hôtelière française est prête à travailler en partenariat avec l'Algérie, comme elle le fait avec le Maroc, la Tunisie, la Grèce ou d'autres pays. Il faut aussi que l'Algérie fasse des efforts de son côté, un effort pour attirer cette industrie hôtelière. Un problème tout bête, mais si vous arrivez au Maroc ou en Tunisie, vous avez un visa immédiatement à l'aéroport. Pour venir en Algérie, c'est beaucoup plus compliqué, ce sont des décisions qui relèvent de la souveraineté algérienne.”
Concernant le volet de la formation de cadres algériens, l'intervenant a déclaré que l'ambassade de France à Alger a un programme de formation de cadres, d'enseignants algériens d'un montant financier de 3 à 4 millions d'euros. “C'est un programme important pour l'Algérie
, dit-il, c'est un sujet préoccupant pour l'Algérie, mais effectivement pourquoi ne pas prolonger cette formation à d'autres Chambres de commerce et d'industrie”. L'interlocuteur a beaucoup insisté sur l'intérêt de jumeler la Chambre de commerce et d'industrie algérienne avec des Chambres de commerce et d'industrie françaises.  Pour sa part, le chef de la mission économique à l’ambassade de France à Alger a rappelé que la France est le premier investisseur étranger hors hydrocarbures en Algérie. Le nombre d'entreprises, filiales françaises, implantées en Algérie, selon ses dires, a atteint les 430 entreprises. “Depuis trois ou cinq ans, on assiste à une augmentation de la présence économique française, qui ne se traduit pas seulement par des chiffres d'emplois ou par des chiffres d'entreprises, mais beaucoup plus par des retombées en termes de formation et de transferts de savoir-faire”.  Pour illustrer ses propos, le chef de la mission économique a révélé que “les investissements français en Algérie, selon les chiffres de la Banque d'Algérie, représentent 3 milliards de dollars”.  Le même interlocuteur a ajouté que “ce sont les entreprises françaises qui contribuent le plus à la diversification de l'économie algérienne et les 430 entreprises filiales ont créé 3 000 emplois directs en Algérie, et si l’on inclut les emplois indirects, on est à près de 100 000 postes gérés par l’économie française en Algérie”.
Source:Liberté

Voir les commentaires

Paix... suite et pas fin

Publié le par fethiok

Contribution de l'ami Michel pour illuster le message pour la Paix!




http://www.el-milia-mico.org/

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 > >>