Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ovalie

Publié le par fethiok

Il y aurait aussi du dopage dans le rugby : avant les perfusions, le ballon était rond.

Voir les commentaires

3ème mi-temps

Publié le par fethiok

Après la sévère défaite de l'équipe de France face à l'Australie (16-59); et pour oublier le désastre, rien ne vaut une petite thérapie de perles d'entraîneurs pour oublier le désastre.

 

- " Aujourd’hui on va jouer simple : les avants devant, les arrières derrière ! "


- " Sur la première mêlée Peyo, je veux que ton pilier en face il tute le grillon ! "


- " Putain les gros, j'comprends rien : Touche pour nous sur leur 22 m, vous faites une cocotte de 30 mètres et on s'écroule à 5 mètres. C'est quoi ce bordel ... "


- " Cet apres midi vous avez carte bleue ! "


- " Le huit de devant, c'est cinq copains ! "


- " On est au pied du mur, maintenant les gars, il faut le construire ! "


- " D'accord on mène, mais il faut garder les pieds sur la tête ! "


- " Les gars, il va faloir s'y mettre. Sortir les mains des poches parce que si vos couilles explosent, Y'en a un paquet qui vont devenir manchots ... "


- " Y a plus de trois quarts que d'avants dans les regroupements. C'est plus du rugby, c'est le Bolchoï en plein air ! "


- " Les gars un maul c'est comme une partouze. Si on est mal placé on se fait enculer ! "


- " Bon, les gars, on n'oublie pas la règle des trois P : POUSSER, PLAQUER, COURIR ! "


- " Louper un plaquage, c'est comme enculer un collègue, ça se fait pas ! "

 

" Isole-toi si tu veux, mais jamais seul. "


- " Les mecs aujourd'hui, c'est Verdun, y'a personne qui passe ! "


- " Aujourd'hui, les gars, y pas de joueurs de la B, y a pas de joueurs de la première, on est un groupe électrogène ! "


- " Ceux d'en face c'est des idiots. Dans leur vallée ils se reproduisent entre eux depuis des générations, d'ailleurs leur pilier droit il a une oreille au milieu du ... "

rugby

 

 

 

Voir les commentaires

Marché de Noël des Montagnes à Grenoble

Publié le par fethiok

Noel

Le Marché  de Noël des Montagnes du 26 novembre au 24 décembre / près de 100 exposants
De 11h à 20h, samedi et dimanche de 10h à 20h
Restauration Fermeture tardive
Place Grenette / Jardin de Ville et Place Victo Hugo

 

Dès 17h30 : Projection vidéo et photo / Jardin de ville et Victor Hugo

Patinoire (Jardin de ville) et mur d'escalade (place Victor Hugo)
De 12h à 14h et 16h30 à 20h les lundis, mardis, jeudis, vendredis ; de 12h à 20h les mercredis, samedis, dimanches et vacances scolaires

 

Accrobranche / Jardin de ville
De 16h à 20h les mardis, jeudis et vendredis et de 14h à 20h les mercredis, samedis et dimanches

Grenoble, ville dans la Montagne sous le regard de 8 photographes / Jardin de ville
Jacques-Marie Francillon, Pierre Jayet, Guillaume Laget, Florence Lelong, Sébastien Liot, Delphine Maratier, Bruno Moyen, et Laurent Salino vous donnent rendez-vous tous les jours au Jardin de ville.

plan

Adrets 0961

Adrets 0959

Adrets 0932

Adrets 0924

Voir les commentaires

Dualité!

Publié le par fethiok

On ne sait de quoi se réjouir, ni de quoi s'affliger dans la vie. Le bien amène le mal, le mal amène le bien.

Voir les commentaires

Le bien et le mal

Publié le par fethiok

CHAPITRE XXI
                                             
                                                             Le bien et le mal


                          
           Et un des aïeux de la cité dit, Parle-nous du Bien et de Mal.

Et il répondit :

Du bien en vous je puis parler, mais non de ce qui est mal.

Car qu'est-ce que le mal sinon le bien torturé par sa propre faim et sa propre soif ?

En vérité, quand le bien est affamé, il recherche la nourriture même dans les grottes obscures, et quand il a soif il se désaltère même dans des eaux mortelles.

Vous êtes bon quand vous êtes unis avec vous-même.

Pourtant, vous n'êtes pas mauvais quand vous n'êtes pas uni avec vous-même.

Car une maison divisée n'est pas un repaire de voleurs, elle n'est qu'une maison divisée.

Et un navire sans gouvernail peut dériver sans but près d'îles dangereuses, mais ne pas sombrer.

Vous êtes bon quand vous vous efforcez de donner de vous-même.

Pourtant, vous n'êtes pas mauvais quand vous cherchez le profit pour vous-même.

Car quand vous cherchez le profit vous n'êtes qu'une racine qui s'agrippe à la terre et tête à son sein.

Certainement, le fruit ne peut dire à la racine, "Soit à mon image, plein et mûr et toujours généreux de ton abondance".

Car pour le fruit, donner est une nécessité, et recevoir est une nécessité pour la racine.

Vous êtes bon quand vous êtes pleinement conscients dans votre parole.

Pourtant, vous n'êtes point mauvais quand vous êtes endormi alors que votre langue titube sans but.

Et même un discours chancelant peut fortifier une langue faible.

Vous êtes bon quand vous marchez vers votre but fermement et d'un pas hardi.

Pourtant, vous n'êtes point mauvais quand vous y allez en boitant.

Même celui qui boite ne va pas à reculons.

Mais vous qui êtes forts et rapides, veillez à ne pas boiter devant les estropiés en croyant être gentil.

Vous êtes bon d'innombrables manières et vous n'êtes point mauvais quand vous n'êtes pas bon.

Vous ne faites que musarder et paresser.

Quel malheur que les cerfs ne puissent donner leur promptitude aux tortues.

Votre bonté réside dans votre aspiration envers votre moi-géant : et cette aspiration existe en vous tous.

Mais en certain d'entre vous, cette aspiration est un torrent qui se rue puissamment vers la mer, emportant les secrets des coteaux et les chants de la forêt.

Et en d'autres, elle est un ruisseau paisible qui se perd en méandres et en détours et s'attarde avant d'atteindre le rivage.

Mais que ceux chez qui l'aspiration brûle ne disent pas à ceux chez qui elle est faible, "Pourquoi es-tu lent et hésitant ?".

Car celui qui est vraiment bon ne demande pas à celui qui est nu, "Où sont tes vêtements ?", ni au sans logis, "Qu'est devenue ta maison ?"

 

Gibran KHALIL

Voir les commentaires

Fête de la noix de Grenoble à Vinay (38470)

Publié le par fethiok

Samedi 27 novembre et dimanche 28 novembre à Vinay (38470)

 

Les Variétés des Noix de Grenoble La Franquette La Mayette La Parisienne

 

 

La Noix de Grenoble est un fruit sec et goûteux par excellence, la seule au monde à posséder une A.O.C. (Appellation d'Origine Contrôlée), critère d'une grande qualité, depuis le 17 juin 1938.

Originaire d’Orient, la noix de Grenoble s'est propagée dans tout l'empire au temps des Romains. Elle était pour eux le Jovis glans, c’est-à-dire la noix de Jupiter, ce qui prouve tout le respect qu’on lui portait alors.

La culture du noyer existe en Isère depuis le XIe siècle. Le noyer se développe dans un zone géographique s'étendant de chaque côté de la rivière Isère entre Montmélian et Romans, et plus particulièrement sur le Pays de Vinay et la région Sud-Grésivaudan.

La mondée
La mondée est l'art de casser les coquilles et d'extraire les cerneaux de Noix de Grenoble dans une veillée entre voisins et amis. Le cassage se fait sur une tuile creuse retournée sur la cuisse, à l'aide d'un maillet de buis ou de bois de noyer. L'extraction se pratique à main nue.

Propriétés nutritives
La Noix de Grenoble qui sélectionne trois variétés (Franquette, Mayette, Parisienne) est riche en fibres, en sels minéraux (notamment en magnésium) et en vitamines E, B1, B2, B5, C. Elle contient beaucoup d'acides gras insaturés essentiels, qui préviennent des maladies cardiovasculaires (il est recommandé de manger 3 noix par jour, 7 jours par semaine pour abaisser le taux de cholestérol). Sa valeur énergétique est de 700 calories pour 100 g, une noix contient 35 calories.

Bien savourer
Ses dérivés sont nombreux, tels que l'huile, l'apéritif, la confiture, le condiment, les crèmes aromatiques , le nougat, la confiserie, la moutarde. C'est à la vignette qu'on la reconnaît.

  

 

 

 

 

 

 

 

Water Effect

http://vinay.sud-gresivaudan.org/

 

Voir les commentaires

Islam:Le désarroi des sunnites irakiens(3)

Publié le par fethiok

Les chiites sont soutenus par Téhéran et par Washington, les sunnites par personne ! Le cri d’alarme d’un site sunnite domicilié aux Etats-Unis.

 

Sur le plan ethnique, la société irakienne est faite d’un mélange d’Arabes, de Kurdes et de Turkmènes, alors que, sur le plan religieux, elle se compose de sunnites, de chiites et de divers groupes confessionnels minoritaires. Durant la guerre Iran-Irak, dans les années 1980, les divisions sunnites-chiites se sont creusées. Cette période a vu émerger trois courants parmi les chiites : un premier qui fait entièrement allégeance à l’Iran (par exemple, le Conseil supérieur islamique irakien), un deuxième qui s’y soumet un peu moins et un troisième qui demeure indépendant.

On sait qu’un mensonge inlassablement répété finit par acquérir valeur de vérité. Cela s’applique à ce qu’on raconte sur les chiites d’Irak, car ceux-ci gonflent les chiffres les concernant afin de faire croire qu’ils représentent une part beaucoup plus importante de la population irakienne que le nombre qu’ils sont en réalité. En fait, on ne dispose d’aucun chiffre certain, ni en valeur absolue ni en pourcentage. Selon le recensement de 1997, dont les résultats ont été communiqués aux Nations unies, les sunnites forment près de 66 % de la population, contre 34 % pour les chiites. Ce sont des chiffres officiels. Que ceux qui disent autre chose le prouvent !

Soutiens financiers

Les exagérations chiites furent manifestes en 2003, lorsque certains leaders ont affirmé que “7 millions de personnes” s’étaient réunies à Karbala [ville sainte chiite]. Pas moins ! Or les agences de presse parlaient d’“environ 2 millions”. Quoi qu’il en soit, dans ce pays où certains ne trouvent pas de quoi manger, les millions coulent à flots pour les chiites qui font allégeance à l’Iran. Les husseinyats [nom donné par les chiites aux lieux de prière dédiés à l’origine aux rituels d’Achoura, d’après le nom d’Al-Hussein, petit-fils du Prophète et fils d’Ali] sont décorées de tapis de belle qualité, et les repas et médicaments y affluent en provenance d’organisations de secours, en premier lieu koweïtiennes, en second lieu iraniennes. Quant aux chiites qui refusent de faire allégeance à l’Iran, ils sont beaucoup moins bien dotés.

Les dons des organisations caritatives saoudiennes, les chiites n’en veulent pas. Ils considèrent que tous les livres, cassettes et corans qui sont envoyés à partir du Golfe proviennent de leurs ennemis jurés, les wahhabites. Cette impression est renforcée par la bataille qui fait rage sur Internet entre intégristes sunnites et chiites, pour la plus grande satisfaction des Américains. C’est pour cela qu’on a décidé de faire passer les aides par le Croissant-Rouge irakien. Or celui-ci était jadis sous la coupe de Saddam Hussein, ce qui fait que les gens ne lui font pas du tout confiance.

Quant aux Américains, ils cherchent à écarter les pro-iraniens des centres de décision et à attirer les chiites qui ne sont pas pro-iraniens en leur permettant d’occuper des postes dirigeants. Restent les Arabes sunnites. Ils forment aujourd’hui le groupe le plus faible. Personne ne les aide et personne ne les a pris sous son aile. Leurs troupes sont nombreuses, mais dépourvues d’argent et incapables d’agir. Même les chaînes satellitaires leur font faux bond. Leurs hommes de religion n’ont pas reçu de salaire depuis des mois et leurs prédicateurs n’ont plus de quoi manger depuis qu’on les a chassés de leurs postes. Soutenir ces imams est urgent puisque ce sont eux qui gèrent la vie dans les quartiers. Les sunnites ont grandement besoin de soutiens financiers aussi pour améliorer leurs mosquées, actuellement dotées de simples nattes en paille et n’ayant même pas l’eau courante nécessaire pour les ablutions. A cela s’ajoute un contexte particulier : les forces d’occupation américaines veulent réunir quelque quatre cents personnes pour administrer le pays et dessiner l’avenir du pays. Cela exige qu’on se mobilise afin de placer certaines personnes à des postes stratégiques. Si la situation financière des sunnites reste telle quelle, leur part risque d’être des plus faibles, réduisant d’autant leur capacité d’influence. Ils ont beau être nombreux, soudés et – grâce à Dieu ! – épargnés par les luttes intestines entre chefs, il n’en reste pas moins qu’une armée est faible si elle n’a ni moyens ni généraux.

Système de coupons

Après avoir démantelé le régime de Saddam Hussein, les Américains ont été surpris par la puissante révolte apparue à Bagdad et dans les autres villes sunnites. Quoi d’étonnant ? Les gens étaient privés d’eau, d’électricité et de salaires, ne trouvaient pas de travail pendant des mois, ni d’autres moyens de subsistance. Afin d’alléger la pression, les Américains ont distribué des vivres selon le même système de coupons qui existait sous le régime de Saddam Hussein. Pour autant, les problèmes de distribution d’eau et d’électricité ne sont pas réglés.

 

Source: Courrier International

Voir les commentaires

Islam:Trop de tensions(2)

Publié le par fethiok

Les conflits entre sunnites et chiites risquent de déstabiliser le monde arabe. Mais l’Iran, qui joue au pyromane, peut aussi prendre feu.

 

Afin de mettre un terme à l’escalade des tensions entre sunnites et chiites, les rassemblements ont été interdits au Koweït. On en était arrivé là après des déclarations outrageantes de la part d’une personne qu’on ne peut que qualifier d’extrémiste à propos de la personne d’Aïcha [épouse de Mahomet et ennemie du calife Ali, considéré comme le père du chiisme ]. Finalement, le chiite Yasser Habib, auteur de ces déclarations incendiaires, qui vit à Londres, s’est vu retirer sa nationalité koweïtienne.

Au même moment, à Bahreïn un chiite a été déchu de sa nationalité et un autre a été interdit de prêche. Au Liban, on assiste à des attaques en règle contre les sunnites. Et au Yémen, des rebelles houthistes [chiites] se drapent de l’idéologie du velayat-e faqih [doctrine politique en vigueur en Iran, justifiant la suprématie du religieux sur le politique]. En Irak, on entend des voix réclamant que le pouvoir reste aux mains des chiites, démocratie ou pas… A qui profite toute cette agitation ?

En premier lieu, nous ne pouvons, à chaque fois qu’un extrémiste a envie de faire parler de lui, accepter de mettre en danger la stabilité de nos pays. De tels extrémistes existent des deux côtés, et l’outrance, d’où qu’elle vienne, engendre l’outrance. Il faut raison garder et éviter les généralisations. En second lieu, il est de notre intérêt de renforcer le concept de citoyenneté, de vivre-ensemble et de droit à la différence. Il en va de la responsabilité des gouvernements. Evidemment, les médias doivent prendre soin de ne pas verser de l’huile sur le feu. Toutefois, nous ne pouvons passer sous silence le rôle dangereux que joue l’Iran dans la région. Il faut le dénoncer sans pour autant courir le risque d’une déstabilisation. La stabilité est un bienfait précieux.

De même, la consolidation de l’idée de citoyenneté ne signifie pas baisser les bras devant ceux qui portent atteinte aux religions ou qui insultent les prophètes, les compagnons ou les épouses de Mahomet. Il faut cependant garder son sang-froid et ne pas accorder à tel ou tel comportement plus d’importance qu’il n’en mérite. Ceux qui veulent faire vibrer la corde du confessionnalisme oublient que, tôt ou tard, ils en seront les principales victimes. Car l’Iran lui-même est une mosaïque d’ethnies et risque plus que quiconque d’être déstabilisé. Il en va de même pour d’autres Etats au Moyen-Orient.

 

Source: Courrier International

Voir les commentaires

Islam:Le chiisme, une religion à part?(1)

Publié le par fethiok

 

Les musulmans chiites et l'origine du chiisme

 

 Ali, époux de Fatima, l'une des filles du prophète Mahomet, est à l'origine des deux principales scissions qui ont affecté la communauté musulmane (le kharidjisme et le chiisme). En 656 après JC, il succède à Othman, le troisième calife (ou remplaçant du prophète Mahomet).

Le nouveau calife et ses partisans (en arabe, chiites ou chi'ites) prônent une grande rigueur dans la mise en pratique de l'islam et l'assimilation des populations conquises. Ils recommandent aussi que le califat revienne aux descendants en ligne directe du prophète. Ils s'opposent sur ces points aux orthodoxes ou sunnites, adeptes d'une application souple de la doctrine musulmane (la sunna).

 

En acceptant de s'en remettre à un arbitrage humain plutôt qu'à la justice divine, le calife Ali se met à dos une partie de ses partisans qui sortent de son camp et forment la secte des kharidjites (du verbe arabe kharadja, sortir). L'un d'eux assassine même Ali en 661.

 

La secte kharidjite va s'épanouir chez les Berbères d'Afrique du Nord, autour de Tahert (Algérie actuelle). Elle est aujourd'hui très marginale...

En attendant, les partisans d'Ali, conduits par le fils cadet de celui-ci, Al-Hussein, affrontent les sunnites à Kerbela en 680. Ils sont défaits et la mort d'Al-Hussein va consommer la rupture entre sunnites et chiites.

  

 Les chiites dans le monde actuel

Les chiites duodécimains (ils reconnaissent douze imams) représentent aujourd'hui environ 15% de l'ensemble des musulmans (environ 150 millions de fidèles). Ils sont très majoritaires en Iran (60 millions sur 70 millions d'habitants). Ils sont aussi majoritaires en Irak (60% des 30 millions d'Irakiens) où ils ont été jusqu'à ces dernières années opprimés par les Arabes sunnites (15% de la population), d'où les désordres actuels.

Ils sont devenus au Liban, ces dernières années, la communauté religieuse la plus nombreuse, devant les chrétiens, ce qui explique là aussi les tensions politiques.Ils sont présents aussi dans le nord de l'Arabie séoudite et dans les émirats du Golfe (une dizaine de millions) ainsi qu'à l'est de la Turquie (environ 15% des 70 millions de Turcs).

N'oublions pas surtout que le deuxième pays chiite au monde après l'Iran est le... Pakistan, avec plus de 40 millions de chiites pour 120 millions de sunnites ! En Inde et en Afrique de l'Est, on compte aussi quelques millions de chiites septimanien ou ismaéliens (ils reconnaissent sept imams).



Les différentes branches du chiisme
 

Les musulmans chiites attribuent une importance cruciale au culte de l'imam (d'après le mot arabe amâma qui veut dire devant). Cet imam chiite n'a rien à voir avec l'imam qui, chez les sunnites, préside simplement à la prière dans les mosquées. Il est le descendant d'Ali, le gendre du Prophète. Il est réputé infaillible dans l'interprétation du sens caché du Coran. Tous les fidèles lui doivent allégeance.

Malheureusement, les chiites ne s'accordent pas sur le nombre d'imams légitimes. La plus grande partie d'entre eux s'accordent sur l'existence de douze imams, y compris Ali et ses deux fils. Ce sont les chiites duodécimains ou imamites.

D'après eux, le douzième et dernier imam aurait disparu à l'âge de 8 ans du côté de Samarra, près de Bagdad. Il est appelé à revenir à la fin des temps pour juger les hommes. Ces chiites duodécimains sont prédominants en Irak et en Iran mais aussi très présents au Liban où ils ont créé les milices du Hezbollah.

Une autre branche très influente quoique moins nombreuse est le chiisme septimanien ou ismaélien, qui reconnaît l'existence de sept imams seulement, le dernier étant Ismaïl, disparu vers 765. Pour les ismaéliens, Mahomet s'inscrit dans une lignée de prophètes dont le dernier et le plus pur sera le Mahdi (guide suprême).

 

 

Religion et politique chez les chiites

Les chiites se distinguent des sunnites par l'existence d'un clergé très hiérarchisé, proche de la population et indépendant du pouvoir politique.

La population suit des «ayatollah» (ou «signe de Dieu»), chefs religieux régionaux qui se signalent par leur charisme, leur science et leur foi. Ces ayatollah portent en Iran le nom de leur ville d'attache. Ainsi Rouhollah Mostafavi fut-il plus connu sous le nom de Khomeiny (de la ville de Khomeyn) et Ali-Akbar Hâchemi sous celui de Rafsandjâni (de Rafsandjân).

Au somme de l'État, il s'ensuit des différences majeures quant au gouvernement. Tandis que les musulmans sunnites acceptent la confusion de l'autorité politique et de l'autorité religieuse en une même personne (autrefois le calife, aujourd'hui le souverain comme au Maroc ou plus trivialement le dictateur du moment), les chiites distinguent les deux sphères politique et religieuse.

Dans l'actuelle République islamiste d'Iran, le président élu de la République (depuis 2005, Mahmoud Ahmadinejad) doit composer avec le «Guide de la Révolution» (aujourd'hui l'ayatollah Ali Khamenei), qui est nommé par un conseil de 80 religieux ou mollahs, le Conseil des experts. Le Guide de la Révolution possède d'importantes prérogatives (nominations...) et figure hiérarchiquement au-dessus du Président, ce qui confirme l'orientation théocratique du régime mais limite les risques de dérive autocratique.



 Ismaéliens, Fatimides et Nizarites

Au début du Xe siècle, un prédicateur ismaélien du nom d'Obéïd Allah se présente comme le descendant de Fatima, la fille du Prophète, et l'héritier d'Ismaïl.

Reconnu en Afrique du Nord comme le Mahdi, il fonde en 909 un califat dissident du califat sunnite de Bagdad. Établi à Kairouan (Tunisie actuelle), ce califat fatimide va d'abord régner sur l'Afrique du Nord, avant qu'il n'en soit chassé par des soulèvements populaires.

Ayant conquis l'Égypte en 969, les Fatimides s'installent en 972 au Caire et, pendant deux siècles, vont faire la prospérité du pays. Aux alentours de l'An Mil, sous le règne du calife Hakim, des prédicateurs ismaéliens fondent la secte des Druzes.

Établis au Liban, en Israël et en Syrie, au nombre d'environ 250.000, les Druzes occupent aujourd'hui une place à part dans le monde islamique. Leurs rites secrets font dire à certains observateurs qu'ils ne sont pas à proprement parler des musulmans.

Un siècle plus tard, une lutte de succession à la tête du califat occasionne la naissance d'une nouvelle dissidence à l'initiative d'Hassan ben Sabbah. Celui-ci établit à Alamout, au-dessus de la mer Caspienne, la secte des ismaéliens nizarites, du nom de Nizar, un Fatimide victime de la lutte successorale. Ses fidèles sont aussi connus sous le nom d'Assassins !

 

Des «Assassins» à l'Aga Khan

Les ismaéliens nizarites d'aujourd'hui sont dirigés par l'Aga Khan. Celui-ci descend de Buzurg Umid, successeur d'Hassan ben Sabbah à la tête de l'État nizarite. C'est le chef respecté (et très riche) d'une communauté pacifique de quinze millions de personnes présentes principalement sur les bords de l'Océan indien, y compris en Afrique orientale. Sa femme porte le titre de Bégum, bien connu de la presse magazine. On est loin ici de la réputation sulfureuse des Assassins.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Frôlement

Publié le par fethiok

Prenez un cercle, caressez-le, il deviendra vicieux !

Voir les commentaires