Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Il finance le terrorisme au SAHEL: L'émir du Qatar continue à faire des siennes

Publié le par fethiok

 
 Les efforts de l'Algérie et de la communauté internationale pour venir à bout du terrorisme au Sahel sont contrariés par le Qatar.

Alors que l'Algérie et ses partenaires fournissent des efforts titanesques pour venir à bout des terroristes au Sahel, l'émir du Qatar est en train de renflouer ses caisses faisant fi de la solidarité internationale demandée par toutes les nations. Comment en est-on arrivé à cette situation ubuesque?

Mais d'abord, voici les faits. Le scandale est révélé par l'hebdomadaire satirique français Le Canard enchaîné. On y apprend que l'émir du Qatar, le cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani, a livré une aide financière aux mouvements armés qui ont pris le contrôle du Nord du Mali.
Et parmi ces groupes qui ont reçu les dollars qataris, figure le fameux Mujao qui retient en otage sept diplomates algériens depuis le 5 avril dernier. Selon la publication, c'est la direction du renseignement militaire (DRM) qui relève du chef d'état-major des armées françaises, qui a recueilli des renseignements selon lesquels les insurgés du Mnla, les mouvements Ançar Dine, Al Qaîda au Maghreb islamique et le mouvement du djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) ont reçu une aide en dollars du Qatar.

Personne ne connaît le montant versé par les Qataris, mais la chose reste suffisamment dangereuse et menace la stabilité de l'Algérie, car cette partie du Nord du Mali partage 1300 km de frontière avec le pays. Quelles sont les visées du Qatar? En plus du désir de se venger des pays qui l'ont éconduit, qui refusent d'être engloutis par la vague des «révolutions» arabes, il y a la volonté de faire main basse sur les richesses des sous-sols du Sahel. On évoque même des négociations discrètes qui ont déjà débuté avec Total, le géant pétrolier français, pour une exploitation prochaine du pétrole découvert dans le nord désertique du Mali. C'est la copie conforme du scénario qui s'est déroulé en Libye (le Qatar ayant même envoyé une unité militaire qui a participé aux côtés des forces de l'Otan qui ont détruit ce pays) autre pays frontalier de l'Algérie. Le Qatar est un pays moins vaste que la daïra de Draâ El Mizan (wilaya de Tizi Ouzou), dont la population est moins importante que celle de la wilaya d'Oum El Bouaghi, mais a des ambitions démesurées. Compte-t-il sur ses dollars pour concurrencer d'autres leaders du Monde arabe et se poser comme acteur principal au Moyen-Orient?

Dans ce cas, quelle serait la réaction de ses alliés occidentaux? Le laisseront-ils financer les terroristes pendant longtemps encore et continuer à menacer la paix et la sécurité au niveau mondial?

Nos partenaires, comme la France et les Etats-Unis, pour ne citer que ceux-là, resteront-ils les yeux fermés devant ces atteintes à la sécurité au risque de voir leurs intérêts menacés? Ce n'est pas sûr. Pour s'en convaincre, il suffit de rappeler cette déclaration d'Hillary Clinton, chef de la diplomatie américaine, lors du Forum global de lutte contre le terrorisme à Istanbul, qui soutient la criminalisation du paiement de rançon aux preneurs d'otages.

C'est exactement le point de vue que défend, depuis des années, l'Algérie au sein de l'ONU et qui a suscité l'adhésion de nombre de pays.La réaction de la France aux agissements du Qatar sont moins encourageants.

Selon le Canard enchaîné, le (nouveau) ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n'ignore aucune des mauvaises nouvelles arrivées d'Afrique subsaharienne.

En outre, dès le début de cette année, plusieurs notes de services secrets français ont alerté l'Elysée sur les activités de l'émirat du Qatar. Mais le président Sarkozy n'y a pas donné suite pour ne pas incommoder le cheikh Hamad ben Khalifa Al-Thani. L'Algérie, par la voix de son ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Abdelkader Messahel, rappelle que les efforts collectifs, structurés autour d'une stratégie régionale commune ont commencé à donner des résultats très encourageants, «contrariés malheureusement par les événements qui ont eu lieu au Mali».

Aidés par le Qatar, devrait-il ajouter. Les rappels de M.Messahel ont été faits à Istanbul lors des travaux du Forum global de lutte contre le terrorisme, coprésidés par Hillary Clinton, et par Ahmet Davutoglu, ministre turc des Affaires étrangères. De nombreux pays ont exprimé, par ailleurs, leur disponibilité à coopérer avec les pays du Sahel pour un partenariat avec la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme. Cette volonté était perçue lors de la Conférence d'Alger de septembre 2011 sur le partenariat, la sécurité et le développement au Sahel.

Source: L'expression
 
Qatar
PS: Le Paris Saint Germain, club de la capitale a été racheté par des fonds Qataris.

Voir les commentaires

Le Petit Prince: Chapitre 2

Publié le par fethiok

J'ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu'à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s'était cassé dans mon moteur. Et comme je n'avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C'était pour moi une question de vie ou de mort. J'avais à peine de l'eau à boire pour huit jours.

Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait:

- S'il vous plaît... dessine-moi un mouton !

- Hein!

- Dessine-moi un mouton...

J'ai sauté sur mes pieds comme si j'avais été frappé par la foudre. J'ai bien frotté mes yeux. J'ai bien regardé. Et j'ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement. Voilà le meilleur portrait que, plus tard, j'ai réussi à faire de lui. Mais mon dessin, bien sûr, est beaucoup moins ravissant que le modèle. Ce n'est pas ma faute. J'avais été découragé dans ma carrière de peintre par les grandes personnes, à l'âge de six ans, et je n'avais rien appris à dessiner, sauf les boas fermés et les boas ouverts.

Je regardai donc cette apparition avec des yeux tout ronds d'étonnement. N'oubliez pas que je me trouvais à mille milles de toute région habitée. Or mon petit bonhomme ne me semblait ni égaré, ni mort de fatigue, ni mort de faim, ni mort de soif, ni mort de peur. Il n'avait en rien l'apparence d'un enfant perdu au milieu du désert, à mille milles de toute région habitée. Quand je réussis enfin à parler, je lui dis:

- Mais... qu'est-ce que tu fais là ?

Et il me répéta alors, tout doucement, comme une chose très sérieuse:

- S'il vous plaît... dessine-moi un mouton...

Quand le mystère est trop impressionnant, on n'ose pas désobéir. Aussi absurde que cela me semblât à mille milles de tous les endroits habités et en danger de mort, je sortis de ma poche une feuille de papier et un stylographe. Mais je me rappelai alors que j'avais surtout étudié la géographie, l'histoire, le calcul et la grammaire et je dis au petit bonhomme (avec un peu de mauvaise humeur) que je ne savais pas dessiner. Il me répondit:

- Ça ne fait rien. Dessine-moi un mouton.  

Comme je n'avais jamais dessiné un mouton je refis, pour lui, l'un des deux seuls dessins dont j'étais capable. Celui du boa fermé. Et je fus stupéfait d'entendre le petit bonhomme me répondre:

- Non! Non! Je ne veux pas d'un éléphant dans un boa. Un boa c'est très dangereux, et un éléphant c'est très encombrant. Chez moi c'est tout petit. J'ai besoin d'un mouton. Dessine-moi un mouton.

Alors j'ai dessiné.

Il regarda attentivement, puis:

- Non! Celui-là est déjà très malade. Fais-en un autre.

Je dessinai:

Mon ami sourit gentiment, avec indulgence:

- Tu vois bien... ce n'est pas un mouton, c'est un bélier. Il a des cornes...

Je refis donc encore mon dessin:

Mais il fut refusé, comme les précédents:

- Celui-là est trop vieux. Je veux un mouton qui vive longtemps.

Alors, faute de patience, comme j'avais hâte de commencer le démontage de mon moteur, je griffonnai ce dessin-ci.

Et je lançai:

- Ça c'est la caisse. Le mouton que tu veux est dedans.

Mais je fus bien surpris de voir s'illuminer le visage de mon jeune juge:

- C'est tout à fait comme ça que je le voulais ! Crois-tu qu'il faille beaucoup d'herbe à ce mouton ?

- Pourquoi ?

- Parce que chez moi c'est tout petit...

- Ça suffira sûrement. Je t'ai donné un tout petit mouton.

Il pencha la tête vers le dessin:

- Pas si petit que ça... Tiens ! Il s'est endormi...

Et c'est ainsi que je fis la connaissance du petit prince. ( à suivre)

Voir les commentaires

Critérium du Dauphiné 2012

Publié le par fethiok

Dictons 7809

Dictons 7814

Dictons 7825

Dictons 7835

Dictons 7863

Dictons 7867

Dictons 7874

Dictons 7893

Dictons 7917

Dictons 7924

Dictons 7928

Dictons 7931

prologue -
Grenoble Grenoble
5.7 km, remporté par  DURBRIDGE Luke (AUS) en 06' 38"

parcours-criterium-dauphine-2012

Cri

Voir les commentaires

Le Petit Prince: Chapitre 1

Publié le par fethiok

Lorsque j'avais six ans j'ai vu, une fois, une magnifique image, dans un livre sur la Forêt Vierge qui s'appelait "Histoires Vécues". Ça représentait un serpent boa qui avalait un fauve. Voilà la copie du dessin.

On disait dans le livre: "Les serpents boas avalent leur proie tout entière, sans la mâcher. Ensuite ils ne peuvent plus bouger et ils dorment pendant les six mois de leur digestion".

J'ai alors beaucoup réfléchi sur les aventures de la jungle et, à mon tour, j'ai réussi, avec un crayon de couleur, à tracer mon premier dessin. Mon dessin numéro 1. Il était comme ça:

J'ai montré mon chef d'œuvre aux grandes personnes et je leur ai demandé si mon dessin leur faisait peur.

Elles m'ont répondu: "Pourquoi un chapeau ferait-il peur?"

Mon dessin ne représentait pas un chapeau. Il représentait un serpent boa qui digérait un éléphant. J'ai alors dessiné l'intérieur du serpent boa, afin que les grandes personnes puissent comprendre. Elles ont toujours besoin d'explications. Mon dessin numéro 2 était comme ça:

Les grandes personnes m'ont conseillé de laisser de côté les dessins de serpents boas ouverts ou fermés, et de m'intéresser plutôt à la géographie, à l'histoire, au calcul et à la grammaire. C'est ainsi que j'ai abandonné, à l'âge de six ans, une magnifique carrière de peintre. J'avais été découragé par l'insuccès de mon dessin numéro 1 et de mon dessin numéro 2. Les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c'est fatigant, pour les enfants, de toujours leur donner des explications.

J'ai donc dû choisir un autre métier et j'ai appris à piloter des avions. J'ai volé un peu partout dans le monde. Et la géographie, c'est exact, m'a beaucoup servi. Je savais reconnaître, du premier coup d'œil, la Chine de l'Arizona. C'est très utile, si l'on est égaré pendant la nuit.

J'ai ainsi eu, au cours de ma vie, des tas de contacts avec des tas de gens sérieux. J'ai beaucoup vécu chez les grandes personnes. Je les ai vues de très près. Ça n'a pas trop amélioré mon opinion.

Quand j'en rencontrais une qui me paraissait un peu lucide, je faisais l'expérience sur elle de mon dessin n° 1 que j'ai toujours conservé. Je voulais savoir si elle était vraiment compréhensive. Mais toujours elle me répondait: "C'est un chapeau." Alors je ne lui parlais ni de serpents boas, ni de forêts vierges, ni d'étoiles. Je me mettais à sa portée. Je lui parlais de bridge, de golf, de politique et de cravates. Et la grande personne était bien contente de connaître un homme aussi raisonnable. ( à suivre)

Voir les commentaires

Belle plante!

Publié le par fethiok

 

« Une fleur n'est belle que sur son arbre. »

 

 

 

Water Effect 

Voir les commentaires

Offrande florale

Publié le par fethiok

Dictons 7669

Dictons 7674

Dictons 7676

Dictons 7681

Dictons 7682

Dictons 7684

Dictons 7691

Dictons 7692

Dictons 7699

Dictons 7700

Dictons 7702

Dictons 7703

Dictons 7705

Dictons 7706

Dictons 7710

Voir les commentaires

Le chant de l'eau

Publié le par fethiok

 
 
 
 
 
 
 
 
 
L'entendez-vous, l'entendez-vous
Le menu flot sur les cailloux ?
Il passe et court et glisse
Et doucement dédie aux branches,
Qui sur son cours se penchent,
Sa chanson lisse.

Là-bas,
Le petit bois de cornouillers
Où l'on disait que Mélusine
Jadis, sur un tapis de perles fines,
Au clair de lune, en blancs souliers,
Dansa ;
Le petit bois de cornouillers
Et tous ses hôtes familiers
Et les putois et les fouines
Et les souris et les mulots
Ecoutent
Loin des sentes et loin des routes
Le bruit de l'eau.

Aubes voilées,
Vous étendez en vain,
Dans les vallées,
Vos tissus blêmes,
La rivière,
Sous vos duvets épais, dès le prime matin,
Coule de pierre en pierre
Et murmure quand même.
Si quelquefois, pendant l'été,
Elle tarit sa volupté
D'être sonore et frémissante et fraîche,
C'est que le dur juillet
La hait
Et l'accable et l'assèche.
Mais néanmoins, oui, même alors
En ses anses, sous les broussailles
Elle tressaille
Et se ranime encor,
Quand la belle gardeuse d'oies
Lui livre ingénument la joie
Brusque et rouge de tout son corps.

Oh ! les belles épousailles
De l'eau lucide et de la chair,
Dans le vent et dans l'air,
Sur un lit transparent de mousse et de rocailles ;
Et les baisers multipliés du flot
Sur la nuque et le dos,
Et les courbes et les anneaux
De l'onduleuse chevelure
Ornant les deux seins triomphaux
D'une ample et flexible parure ;
Et les vagues violettes ou roses
Qui se brisent ou tout à coup se juxtaposent
Autour des flancs, autour des reins ;
Et tout là-haut le ciel divin
Qui rit à la santé lumineuse des choses !

La belle fille aux cheveux roux
Pose un pied clair sur les cailloux.
Elle allonge le bras et la hanche et s'inclina
Pour recueillir au bord,
Parmi les lotiers d'or,
La menthe fine ;
Ou bien encor
S'amuse à soulever les pierres
Et provoque la fuite
Droite et subite
Des truites
Au fil luisant de la rivière.

Avec des fleurs de pourpre aux deux coins de sa bouche,
Elle s'étend ensuite et rit et se recouche,
Les pieds dans l'eau, mais le torse au soleil ;
Et les oiseaux vifs et vermeils
Volent et volent,
Et l'ombre de leurs ailes
Passe sur elle.

Ainsi fait-elle encor
A l'entour de son corps
Même aux mois chauds
Chanter les flots.
Et ce n'est qu'en septembre
Que sous les branches d'or et d'ambre,
Sa nudité
Ne mire plus dans l'eau sa mobile clarté,
Mais c'est qu'alors sont revenues
Vers notre ciel les lourdes nues
Avec l'averse entre leurs plis
Et que déjà la brume
Du fond des prés et des taillis
S'exhume.

Pluie aux gouttes rondes et claires,
Bulles de joie et de lumière,
Le sinueux ruisseau gaiement vous fait accueil,
Car tout l'automne en deuil
Le jonche en vain de mousse et de feuilles tombées.
Son flot rechante au long des berges recourbées,
Parmi les prés, parmi les bois ;
Chaque caillou que le courant remue
Fait entendre sa voix menue
Comme autrefois ;
Et peut-être que Mélusine,
Quand la lune, à minuit, répand comme à foison
Sur les gazons
Ses perles fines,
S'éveille et lentement décroise ses pieds d'or,
Et, suivant que le flot anime sa cadence,
Danse encor
Et danse.

Émile VERHAEREN (1855- 1916)


Voir les commentaires

Algérie: Larbi OULD KHELIFA, FLN, doyen des députés, président de l'Assemblée nationale

Publié le par fethiok

 

ouldkhelifa jpg

Le doyen de l'Assemblée nationale algérienne issue des élections du 10 mai, M. Larbi Ould Khelifa, 74 ans, membre du Front de Libération nationale (FLN), a été élu ce samedi président de cette institution, a constaté un journaliste de l'AFP.

Seul candidat à ce poste, il a été élu à mains levées lors de la première séance plénière des 462 députés de la 7e législature, majoritairement (208) membres du FLN. Khelifa était le candidat du FLN, le parti majoritaire et présidentiel, et de son allié le Rassemblement national démocratique (RND) du Premier ministre Ahmed Ouyahia.

Né à Béjaia (à 250 km à l'est d'Alger), membre du gouvernement dans les années 80, plusieurs fois ambassadeur, le nouveau président de l'Assemblée nationale est actuellement le Président du Haut conseil de la langue arabe.

Les 24 députés du Parti des Travailleurs (PT, extrême gauche) de Louisa Hanoune se sont retirés de la salle, un de ses députés déclarant que le PT "n'était pas concerné par l'élection du président de l'Assemblée".

Pour le Front des Forces socialistes (FFS), le plus vieux parti d'opposition du Kabyle Hocine Aït Ahmed, Belkacem Amarouche a refuser de "cautionner l'élection du président de l'Assemblée avant l'adoption d'un règlement intérieur" ce qu'avait refusé M. Ould Khelifa en demandant qu'on n'intervertisse pas les procédures.

L'Assemblée a ensuite été levée.

Dans la matinée, juste après l'appel des 462 députés, les 49 islamistes de l'Alliance Algérie Verte (AVV) arborant des pancartes "Non à la fraude" sont sorti boycottant la séance.

Voir les commentaires

Algérie: chronique d'un sabotage planifié

Publié le par fethiok

Education
L'indéboulonnable ministre de l’Éducation nationale, Boubekeur Benbouzid, en poste depuis 1993.
 
Après une progression scolaire bien entamée, suite aux débrayages syndicaux nombreux et aux intempéries qui ont fermé les portes des écoles pendant de longues semaines dans certains établissements, le très expérimenté patron de l’Éducation nationale n’a pas du tout l’air de s’inquiéter de la validité pédagogique de l’année écoulée, ni de la préparation des épreuves de fin de cycles.
Pourquoi se ferait‑il du mouron puisque sa longévité exceptionnelle à la tête du même ministère lui prouve, à chaque remaniement de la composante du gouvernement, que tout le monde se satisfait du travail accompli. Tout le monde ou, plutôt, le chef de l’État et tous ceux qui peuvent remettre en question son enracinement au sommet du secteur.
Car il n’est pas possible que dans une république, un ministre demeure populaire ou efficient sur une période aussi longue. Pour preuve, les grèves dont nous parlions plus haut que ledit potentat de l’Éducation a toujours voulu gérer par le bâton pour finalement revenir, malgré lui, à de meilleurs sentiments envers des profs qui ont vieilli, las de subir ad vitam aeternam le même interlocuteur depuis près de deux décennies maintenant.
Quant aux élèves, ils ont eu le temps de mûrir et, pour les meilleurs, de constater que la réforme du système éducatif aux contradictions flagrantes les a jetés à l’université sans les prérequis minimaux. Si bien que les enseignants universitaires ne savent plus comment adapter leur programme aux lacunes de la "génération Benbouzid". Sans parler, ici, de la violence qui a contaminé l’école algérienne, de la tricherie systématique que plus personne n’ose combattre même pendant l’examen du baccalauréat ou de la nomination de directeurs d’établissements et autres cadres de l’Éducation nationale aux compétences fort discutables.
La construction de nombreuses infrastructures nouvelles, dans la tradition généreuse de l’Algérie postindépendance, ne parvient pas à masquer le sinistre. Pendant qu’on ouvre de nouvelles classes, des écoles entières sont délabrées, les APC détournant les chapitres budgétaires alloués pour leur entretien vers d’autres dépenses. Beaucoup d’enfants, à travers le pays, déjeunent toute l’année d’un repas froid faute de cantine. Ceux qui ont l’avantage de fréquenter un réfectoire se contentent du maigre menu auquel donnent droit 30 DA par élève quand le chef d’établissement, souvent gestionnaire de la cantine, ne rogne pas sur le misérable budget par une talentueuse comptabilité fictive qui lui remplit les poches.
Personne n’ignore les travers de l’école algérienne ; ni ses travailleurs ni les parents d’élèves. Il ne suffit donc pas d’augmenter sporadiquement les salaires des préposés à l’éducation scientifique de nos enfants pour en améliorer le niveau. On doit oser une refonte globale du système en débarrassant impérativement l’approche éducative de l’empreinte idéologique issue d’un autre temps. D’un autre temps, comme Boubekeur Benbouzid, murmure‑t‑on sous les préaux des écoles d’Algérie.

30 Dinars Algériens = 0.316975 EURO
1 Dinar Algérien = 0.0105658 EURO

Voir les commentaires

Chute...inattendue !!!

Publié le par fethiok

L'ancien et la blonde

Le propriétaire d'un cirque a passé une annonce pour trouver un dompteur de lions .Deux personnes se présentent :un homme de bonne présentation, retraité , de près de 70 ans , et une blonde spectaculaire de 25 ans.
Le patron du cirque, reçoit les deux candidats et leur dit :"Je n'irai pas par quatre chemins : mon lion est très fort et a tué mes deux derniers dompteurs. Ou vous êtes très bon ou ça ne durera pas une minute ! Voici l'équipement : le banc, le fouet et le pistolet. Qui veut commencer ? "La blonde dit : "moi j'y vais. Elle fait fi de l’équipement, du fouet du pistolet, et entre rapidement dans la cage. Le lion rugit et court jusqu'à la blonde. Quand il arrive à moins d'un mètre, elle commence à se déshabiller et reste complètement nue, montrant son corps superbe ./**/Le lion s'arrête immédiatement !
Il se couche devant elle et lui lèche les pieds .Petit à petit il se relève et lui lèche tout le corps pendant un long moment ! Tout y passe, les cuisses, les fesses, l'entre-jambes, les seins, le cou, la nuque, etc...Le patron du cirque n'en revient pas et dit :"Je n'ai jamais vu ça de toute ma vie ! Il se tourne vers l'ancien et lui demande : Est-ce que vous pouvez en faire autant Monsieur ?
Et l'homme lui répond : Bien sûr ... mais d'abord, sortez le lion !


    Entre PARIS et MARSEILLE, un homme et une femme qui ne se connaissent pas doivent partager une même cabine de wagon-lit.
Bien qu'un peu gênés d'avoir à partager autant d'intimité, les deux sont fatigués et tombent bien vite endormis. Lui sur la couchette du haut, elle sur celle du bas. Vers 1heure du matin l'homme se penche au-dessus de la couchette du bas et réveille la dame : « Madame...Madame, excusez-moi de vous déranger, mais j'ai terriblement froid. Auriez-vous la gentillesse de me donner la couverture qui se trouve dans le casier ? »
« J'ai une bien meilleure idée, répond la femme. Faisons semblant que nous
 sommes tous deux mariés juste pour cette nuit. Ça vous va? »
«Quelle idée intéressante vous avez là » s'exclame l'homme. Je suis bien d'accord !
 «Bon alors, dit-elle, «va la chercher toi-même ta couverture et fais pas chier ».

110111289

23
4



6
7

5

Voir les commentaires