Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"Rien

Publié le par fethiok

Rien,
C’est un mot qui fuit
D’une vertèbre à l’autre.
Rien,
C’est une brindille
Qui casse sous la joue.
Rien,
C’est dans un rocher
Un peu de mer qui brûle.
Rien,
C’est la liberté
Qui blesse vos pieds nus. »

 

Jean Sénac (1926- 1973)

Jean Sénac naît à Béni-Saf en Oranie (Algérie) le 29 novembre 1926. Originaire de Catalogne, son grand-père maternel, Juan Comma, était venu en Algérie travailler à la mine de fer de Béni-Saf. Jean Sénac qui n'a pas connu son père, peut-être gitan, porte le nom de sa mère, Jeanne Comma (1887-1965), jusqu'à l'âge de cinq ans et sa reconnaissance par Edmond Sénac. Son premier poème date de février 1941 et sa première publication de novembre 1942.
Il est assassiné à Alger dans la nuit du 29 au 30 août 1973, son meurtre demeurant non élucidé.


« Algérien ou Français » ?  Algérien à coup sûr si on considère que cette nationalité fut par Sénac revendiquée. Il chante la lutte révolutionnaire en qui il met toute son espérance par sa capacité de créer un monde de beauté et de fraternité, dans une Algérie ouverte à toutes les cultures. Il y associe son propre combat : recherche d'identité profonde, à la fois personnelle et culturelle, et sa lutte pour faire accepter son homosexualité : « Ce pauvre corps aussi/ Veut sa guerre de libération »

Commenter cet article

Marie Minoza 07/03/2012 11:46

Une découverte...Merci

J'ai beaucoup aimé ce poème

Amitiés

gazou 14/09/2011 09:26


Je connaissais le nom de Jean Sénac mais il est vrai que je connais mal son oeuvre, merci de nous en donner un fragment


bernard 07/09/2011 09:05


Un bel hommage à ce poète. Bonne journée.


Sabine 06/09/2011 12:39


Il y a aussi ..."les tout petits rien", ceux qui embellissent tant la vie et en font un joli jardin aux mille senteurs !
Ton article est très beau et infiniment humain et touchant ...
Passe une très douce journée féthi, je t'embrasse : Sabine


ZAZA 06/09/2011 10:09


Joli poème ma Féthi. Bises et bonne journée


Serge 06/09/2011 07:13


Merci de faire vivre la mémoire de ce mort, poète et libertaire. Le chant ne s'éteint jamais même si on brûle les livres et tue les poètes.