Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Omar Ibn Ibrahim El Khayyâm ( 4 )

Publié le par fethiok

XLII


Lorsque j'entends disserter sur les joies réservées aux Élus, je me contente de dire : "Je n'ai confiance que dans le vin. De l'argent comptant, et non des promesses ! Le bruit des tambours ne plait qu'à distance..."

XLIII


Bois du vin ! Tu recevras de la vie éternelle. Le vin est le seul philtre qui puisse te rendre ta jeunesse. Divine saison des roses, du vin et des arnis sincères ! Jouis de cet instant fugitif qu'est la vie.

XLIV


Bois du vin, car tu dormiras longtemps sous la terre, sans ami, sans femme. Je te confle un secret : les tulipes fanées ne refleurissent pas.

XLV


Tout bas, l'argile disait au potier qui la pétrissait : "Considère que j'ai été comme toi... Ne me brutalise pas !"

XLVI


Potier, si tu es perspicace, garde-toi de meurtrir la glaise dont fut pétri Adam ! Je vois sur ton tour la main de Féridoun, le coeur de Khosrou... Qu'as-tu fait !

XLVII


Le coquelicot puise sa pourpre dans le sang d'un empereur enseveli. La Colette naît du grain de beauté qui étoilait le visage d'un adolescent.

XLVIII


Depuis des myriades de siècles, il y a des aurores et des crépuscules. Depuis des myriades de siècles, les astres font leur ronde. Foule la terre avec précaution, car cette petite motte que tu vas écraser était peut-être l'oeil alangui d'un adolescent.

XLIX


Ce narcisse qui tremble au bord du ruisseau, ses racines sortent peut-être des lèvres décomposées d'une femme. Que tes pas effleurent légèrement le gazon ! Dis-toi qu'il a germé dans les cendres de beaux visages qui avaient l'éclat des tulipes rouges.

L


J'ai vu, hier, un potier qui était assis devant son tour. I1 modelait les anses et les flancs de ses urnes. Il pétrissait des crânes de sultans et des mains de mendiants.

LI


Le bien et le mal se disputent l'avantage, ici-bas. Le Ciel n'est pas responsable du bonheur ou du malheur que le destin nous apporte. Ne remercie pas le Ciel ou ne l'accuse pas... Il est indifférent à tes joies comme à tes peines.

LII


Si tu as greffé sur ton cœur la rose de l'Amour, ta vie n'a pas été inutile, ou bien si tu as cherché à entendre la voix d'Allah, ou bien encore si tu as brandi ta coupe en souriant au plaisir.

LIII


Prudence, voyageur ! La route où tu marches est dangereuse. Le glaive du Destin est très affilé. Si tu vois des amandes douces, ne les cueille pas. Il y a du poison.

LIV


Un jardin, une jeune fille onduleuse, une urne de vin, mon désir et mon amertume : voilà mon Paradis et mon Enfer. Mais, qui a parcouru le Ciel et l'Enfer ?

LV


Toi, dont la joue humilie l'églantine, toi, dont le visage ressemble à celui d'une idole chinoise, sais-tu que ton regard velouté a rendu le roi de Babylone pareil au fou du jeu d'échecs qui recule devant la reine ?

LVI


La vie s'écoule. Que reste-t-il de Bagdad et de Balk ? Le moindre heurt est fatal à la rose trop épanouie. Bois du vin, et contemple la lune en évoquant les civilisations qu'elle a vues s'éteindre.

LVII


Écoute ce que la Sagesse te répète toute la journée: "La vie est brève. Tu n'as rien de commun avec les plantes qui repoussent après avoir été coupées."

LVIII


Les rhéteurs et les savants silencieux sont morts sans avoir pu s'entendre sur l'être et le non-être. Ignorants, mes frères, continuons de savourer le jus de la grappe, et laissons ces grands hommes se régaler de raisins secs.

LIX


Ma naissance n'apporta pas le moindre profit à l'univers. Ma mort ne diminuera ni son immensité ni sa splendeur. Personne n'a jamais pu m'expliquer pourquoi je suis venu, pourquoi je partirai.

Commenter cet article

Sabine 16/05/2011 11:35


Un magnifique "bouquet de pensées" au printemps de notre coeur !
Les parfums que j'ai préférés sont : XLV et LII
Passe une radieuse journée : Sabine


@lain (P'tit Randonneur) 15/05/2011 17:07


Bonjour

De très belle paroles !

Je te remercie de tes passages sur mon blog

Je te souhaite un bon dimanche

Bien cordialement

@lain