Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Serpent et le Dragon de Grenoble.

Publié le par fethiok


Le serpent et le dragon symbolisent depuis des siècles, deux rivières se rejoignant à Grenoble, l'Isère et le Drac.

Le serpent, l'Isère, qui traçait de nombreux méandres dans la vallée du Grésivaudan, en amont de Grenoble.

Le dragon, le Drac, qui avait des fureurs de monstre sauvage, d'où son nom, Draco (le dragon en latin).

Historique de l'Isère.

Dans la nuit du 14 au 15 septembre 1219, Grenoble est ravagée par une crue sans précédent. Elle est relatée par l'évêque Jean de Sassenage. Quelques années auparavant, le 10 août 1191, le lit de la Romanche, un affluent du Drac, est barré par un éboulement créant un barrage naturel au niveau des gorges de l'Infernet à Livet-et-Gavet. Un lac, appelé Saint-Laurent, se forme alors sur des kilomètres en amont dans la plaine du Bourg d'Oisans jusqu’à atteindre pratiquement le village, rebaptisé « Saint-Laurent-du-Lac ».

Le 14 septembre 1219, un violent orage apporte un surplus d'eau qui cause la rupture du barrage à 22 heures et la vidange du lac. Une vague descend la Romanche puis le Drac et se jette dans l'Isère. Grenoble est plutôt épargnée par cette première crue car la ville de l'époque ne s'étend pas jusqu'au Drac.

Mais la hausse du niveau des cours d'eau provoque un reflux de l'Isère qui coule à contre-sens pendant quelques heures et forme un lac dans le Grésivaudan à la hauteur de Meylan. Lorsque la décrue du Drac survient, c'est le lac de l'Isère qui se vide à son tour. Le niveau de l'eau monte alors dans la ville et les habitants sortent dans les rues pour fuir. La nuit étant tombée, les portes de la ville sont fermées et les habitants se retrouvent pris au piège sur les quais et sont emportés par les flots. Des milliers de personnes périssent. Le bilan catastrophique est en partie expliqué par la tenue d'une foire marchande à cette période à Grenoble. Les marchands connaissant mal les heures de fermeture des portes et les marchandises encombrant les rues, le nombre des victimes s'est alourdi.

Grenoble mettra des années à s'en remettre car beaucoup d'habitants sont morts et l'unique pont a été emporté. Le dauphin  Guigues VI du Viennois exemptera d'impôts tous ceux qui ont souffert de la crue.

En 1651, l'eau furieuse démolit à nouveau le pont, sa tour portant une horloge à Jacquemart achevée en 1603 faisant apparaître des figures frappant les heures, soleil, lune, planètes et une Réssurection à la grande joie des badauds. Elle laissa une telle quantité de boue qu'on ne pouvait circuler dans la cité.

En 1729, le 13 juillet, l'isère quitte son ancien lit à Saint-Martin-d'Hères. L'Isère décrivait jusqu'alors un grand méandre appelé "le tour de l'eau" qui passait aux Glairons, puis au-dessous de Gières, tournait à la Galochère, et revenait peu avant Grenoble.

En 1732, elle recoupa son méandre du Versoud, raccourcissant son lit de deux kilomètres et demi. Descendant plus vite sur Grenoble, elle lui infligea les terribles inondations de 1733 et 1740.

En 1733, l'eau envahie la cathédrale, fit voguer des barques dans les rues. C'est ainsi que le poète François Blanc, dit La Goutte à cause de sa maladie, compose alors en patois son "Grenoblo malhérou" et s'écrie "Grenoblo t'es perdu, le monstro t'engloutit! Mal avisa fut ceu qui si bas te plantit...". Une petite place dans le quartier Teisseire porte aujourd'hui le nom de Blanc-la-Goutte.

En 1835 les travaux de construction des quais sur l'Isère débutent. En 1859, une dernière crue majeure envahira une grande partie de l'agglomération en amont de Grenoble. Juin 1910  et octobre 1928 virent des crues plus faibles.

Historique du Drac

Doté d'une pente bien plus forte que sa voisine, et charriant plus de cailloux, le Drac n'était pas en reste et pénétrait la ville par deux bras : le Verdaret à l'est, et le Draquet à l'ouest. Ce dernier suivait l'actuelle rue Saint Jacques. Autrement dit, le Drac pénétrait très largement à l'intérieur de l'actuelle ville de Grenoble.

En 1377, en débordant, il arriva sur l'emplacemenent de la place Grenette et du Jardin de Ville. A la suite de quoi, on décida de le détourner par les rochers de Brion, à Pont de Claix et de lui creuser un nouveau lit endigué, au pied de Comboire, Seyssins et Fontaine. Mais les gens de Seyssins, chez qui on renvoyait les eaux le prirent fort mal et démolirent en 1378 ce qui avait été fait chez eux.

En 1471, le Drac éventra la digue et se déversa dans le Draquet ce qui l'amena sur la place Grenette. Ce n'est qu'à partir de 1493 que Grenoble, Seyssins, Fontaine et Sassenage finirent par s'entendre pour creuser un nouveau lit au torrent, au pied du rocher de Comboire. Le travail fut patiemment poursuivi au cours des siècles suivants.

Au XVIIe siècle, les eaux du Drac sont contenues par une longue digue qui deviendra plus tard le cours Jean Jaurès. Le confluent se trouvait alors vers la porte Créqui (actuelle place Hubert Dubedout).

En 1676, le village de Fontaine s'unit à Grenoble, Sassenage et Seyssins pour entreprendre de creuser le lit actuel du Drac, mais qui coupera le territoire communal de Fontaine en deux, laissant 132 ha. enclavés sur la rive droite.

Ce n'est qu'à partir de 1782, que le confluent des deux rivières fut rejeté loin de la ville, en angle aigu, à son emplacement actuel, en face de Saint-Martin-le-Vinoux.

En 1790, les habitants de Seyssinet-Pariset réclament un pont qui se fit attendre jusqu'en 1826.

En 1843, le Drac rompt ses digues et inonde jusqu'à Echirolles. Des travaux définitifs écartèrent tout danger en 1878.

En 1862, malgré les protestations des habitants de Fontaine, Grenoble annexe les 132 ha. situés sur la rive droite et jette un pont suspendu en chaines de fer dont le péage ne sera aboli qu'en 1892.

Sur l'Isère, de Gières  jusqu'au confluent, 12 ponts et 2 passerelles existent. Sur le Drac, de la ville de Pont-de-Claix jusqu'au confluent, 8 ponts et 1 passerelle existent.


Aujourd'hui, étranglées de barrages hydroélectriques situés en amont sur leur cours, comme le barrage de Monteynard, les deux rivières ne font plus redouter de telles crues à la ville. Les digues sont entretenues, renforcées et des programmes au long terme prévoient leur entretien futur. Des structures comme le Syndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l'Isère (SYMBHI) gère la prévention des conséquences des dangereuses crues de l'Isère, du Drac, et de la Romanche.

Reste néanmoins qu'une catastrophe du style de celle de 1219 pourrait se reproduire. A une vingtaine de kilomètres de Grenoble, le site très instable des Ruines de Séchilienne près de la Romanche est constamment surveillé et un plan d'action et de prévention est à l'étude.

 

Commenter cet article

@lain 24/12/2009 15:54


Bonjour Fethi

Je viens te souhaiter une très belle soirée. Je suis désolé d'avoir déserté ton blog depuis quelques temps. Je repasserai très vite.

Bien amicalement
@lain


gaspard38 24/12/2009 13:12


Bravo, superbe post - bonnes fêtes de fin d'année - Gaspard38


Moqueplet 21/12/2009 19:40


mais qui va dévorer l'autre....bonne soirée


Mokhtari Abdelaziz 17/12/2009 23:58


bonsoir Merci de me dire si vous pouvez m'aider à débloquer la situation de feue ma soeur Aicha Mokhtari décédée 15.08.2009 ici à Oujda /Maroc suite refus visas soins médicaux par consul france à
fès/maroc démi de ses fonctions 30.09.2009.Merci de tot mon coeur et pour info cette tragédie a fait la une des médias nationaux et internationaux (141 articles y compris lepoint.fr leparisien.fr
,TV5, reportages d'Aljazeera france24 Medi1 sat , CNN+ et Cuatro(Espagne)malheureusement rien ne bouge
le frère de la défunte Abdelaziz Mokhtari tel 00.212.662.30.12.85 ou 00.212.660.46.07.15
Cordialement


HACENE 11/12/2009 21:41


salut fethi ,demain samedi derby à batna ; le CAB contre PSPB ? tu penches pour lequel des deux?


fethiok 11/12/2009 21:47


Saha Hacène:pour le CAB;évidemment;j'ai toujours été Rouge et Bleu!
Bonne soirée


houba 06/12/2009 23:56


merci de ta visite chez nous! bonne semaine


Pénéloop 06/12/2009 21:42


Dragon de Grenoble
Nobles chevaliers
Table ronde
Du pied sous la table ?
Pénéloop


Vanessabzh29 06/12/2009 20:55


merci pour ces infos que j'ignorais totalement bonne soirée bises


Marithe 06/12/2009 19:45


Le lion et le serpent forment un bel ensemble très réaliste.Un article très intéressant
Bises


florence 06/12/2009 18:30


Intéressant cet article, merci.