Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le meunier, les moines et le bandit ... dans les Aurès

Publié le par fethiok

Meunier

C’est un ouvrage sensible que livre Fanny Colonna avec Le meunier, les moines et le bandit. A l’image de Carlo Ginzburg et de son manifeste pour la microstoria  ou d’Alain Corbin , elle choisit de suivre les traces de Jean-Baptiste Capeletti, un individu inclassable dans l’Algérie coloniale puis indépendante, de sa naissance à sa mort (1875-1978). A travers l’itinéraire de celui qui fut justement meunier, mais aussi guérisseur et poète, et dont les Aurès abritèrent la majeure partie de l’existence, elle revient sur la "situation coloniale" et ses lendemains dans une perspective renouvelée. Si en effet l’histoire du fait colonial a longtemps privilégié la rupture, le récit de la division et de la résistance, la tendance est aujourd’hui à renouer avec une certaine complexité, celle des liens multiples qui se nouèrent sur cette terre algérienne. La notion d’attachement, que l’auteure emprunte à Marc Breviglieri  est au centre de la démarche : car l’attachement est matériel mais affectif, il peut également être mutuel ; il est enfin profondément individuel.

  

 Vie exceptionnelle d’un "Français d’Algérie"

Le "morceau d’Algérie" qui abrite cette histoire, les montagnes des Aurès dans l’est Algérien, est bien connu de Fanny Colonna qui y a consacré une grande partie de ses recherches . Dans cette montagne à la configuration démographique et historique particulière – les "Européens" y étaient plus minoritaires que dans la majeure partie du pays, et l’insurrection de 1879 et les spoliations de terres qui s’ensuivirent avaient conféré à ce lieu un "arrière-fond de violence accumulée" – il s’agit de restituer la chaleur des rencontres, leur épaisseur historique, ce qui fut et ce que les hommes ont partagé sur ce bout de terre et de roches. Sur la trace de cet individu hors-norme, les sources classiques sont rares : Capeletti n’émerge en effet de la production scientifique qu’en tant qu’ "inventeur" d’un site archéologique auquel se sont intéressées Thérèse Rivière et Germaine Tillion dans les années 1930, la "grotte Capeletti".

 

Le meunier, "Français d’Algérie" d’origine italienne, a mené une vie exceptionnelle : marié à une femme musulmane, dont ils a eu un fils, Chérif, avec lesquels il partagea pendant des années cet habitat troglodyte, sa vie semble toute entière marquée par la transgression des normes coloniales régnantes. A la chasse aux sources qui peuvent éclairer ce destin singulier, les sources orales et légendaires sont les plus nombreuses. Cette "vie verticale" 8 qu’accueillirent les Aurès échappa à de nombreux égards au monde de la loi – et de l’archive – coloniale ; ce fut celle de la transhumance, mais aussi des maquis et des fugitifs. Le destin de Capeletti croisa ainsi celui de Ben Zelmat, "bandit d’honneur" 9 abattu par les troupes françaises en 1921 au terme d’une véritable "chasse à l’homme" 10 ; une relation d’amitié et de confiance unit les deux hommes sur les hauteurs aurésiennes, au point que le meunier, lorsqu’il fut appelé sur le front durant la Première guerre mondiale, confia sa famille à la protection morale et matérielle du "hors-la-loi". L’espace restreint de la vie de Capeletti est également marqué par l’installation, en 1894, de pères missionnaires dont le Diaire nous éclaire sur la vie quotidienne de ce coin de montagne et sur leur "solitude blanche" 11. Mais le resurgissement de la violence, après la conscription des "indigènes" algériens à partir de 1916, précipita leur départ en 1921. L’échec de la mission de ces moines n’est pas sans rappeler, et Fanny Colonna le souligne à plusieurs reprises, celle de l’école républicaine, dont elle est également une spécialiste pour l’Algérie coloniale 12. Cet espace échappa en effet toujours en partie à la règle coloniale. Les liens qui s’y nouèrent, entre un meunier et un "hors-la-loi" au destin chanté par des générations entières 13, révèlent la perméabilité des mondes en ce lieu singulier.

 

De l’empathie en histoire


Le destin de Capeletti traversa les guerres : la Grande guerre, d’abord, qui l’emmena jusqu’au détroit des Dardanelles, grand voyage au terme duquel il reprit sa vie d’avant. Alors qu’après le 8 mai 1945 et les insurrections de Sétif et Guelma, la fin du "compromis colonial" 14 sonna le glas de la proximité quotidienne entre populations colonisée et coloniale, le meunier continua pourtant sa "vie verticale". Quand à partir de 1954, la guerre d’indépendance opéra une schématisation de la société dans l’affrontement entre deux "communautés", il poursuivit son existence selon les principes de conduite qu’il s’était lui-même choisis, ne s’affiliant à aucun camp. En 1962, enfin, alors que l’indépendance du 5 juillet remplissait les bateaux en route pour la "métropole", Jean-Baptiste Capeletti continua à fondre sa vie parmi celle de ses voisins, finissant par incarner la figure d’"un vieil indigène comme les autres" 15. Ses derniers interlocuteurs français furent les jeunes pères blancs installés dans les Aurès dans les années 1970, qui l’accompagnèrent dans la fin de sa vie et celle de son épouse Hmama. Celui qui ornait fièrement sa signature de son surnom de "lion des Aurès" fut finalement enterré au cimetière chrétien de Batna.

Commenter cet article

S O N Y A 20/11/2010 21:42


merci du partage
belle soirée

et bisous du soir


clementine 20/11/2010 19:25


Il doit être intéressant
clem


ZAZA 20/11/2010 14:12


Un billet qui me donne envie d'acheter ce libre. Merci ma Fethi. Bises et bon samedi