Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Il était une fois le gant...de Grenoble

Publié le par fethiok




 

 

Saviez-vous que Grenoble a été la capitale mondiale du gant de luxe de 1860à 1960 ? Grâce à Xavier Jouvin et ses brevets techniques déposés dès 1834,permettant d'augmenter la production, les gantiers grenoblois ont non seulement habillé les mains du monde entier mais également façonné Grenoble telle qu'elle est aujourd'hui.

 

 

La première trace officielle des gantiers grenoblois remonte à 1328,sous le règne du dauphin Guigues VIII. L'artisanat local était  favorisé par un élevage caprin très répandu dans le Trièves et une main-d’oeuvre disponible et habile, demandeuse de travail d'appoint durant les mois d'hiver. Le Duc de Lesdiguières, qui veut développer des activités économiques en Dauphiné, encourage le travail du cuir et des métiers annexes.

Sur sa recommandation, un gantier grenoblois, Mathieu Robert,reçoit en 1606 le prestigieux titre de gantier parfumeur du Roi, ce qui fait connaître les gantiers grenoblois auprès de toutes les cours européennes.

Un siècle plus tard, en 1704, on recense dans la capitale des Alpes douze maîtres gantiers,310 ouvriers et plus d'un millier de couturières. Quant à la production,concentrée dans les quartiers Saint-Laurent et du centre-ville, elle s'élève à 15 000 douzaines de paires par an, chiffre qui sera multiplié par dix à la veille de la Révolution française.

 

A cette époque, la ganterie est déjà,et de loin, le premier employeur de Grenoble et sa région, avec 8 000 personnes en production, coupeurs,couturières, brodeuses, pour une population évaluée à 25 000 âmes.

Si les guerres, les barrières douanières ou la concurrence de pays comme l'Angleterre ont, au début du XIXe siècle, fait chuter la production,celle-ci s'envole littéralement lorsque les inventions de Xavier Jouvin tombent dans le domaine public.

 

Entre 1850 et 1870, celle-ci passe de250 000 douzaines de paires à un million, pour atteindre 1,5 million en 1890 ! La ville entière vit alors de cette industrie. Sous l'impulsion d 'Edouard Rey, maire de Grenoble et gendre de Xavier Jouvin, la superficie de la ville est quadruplée.


Les grandes maisons gantières, Jouvin,Terray, Perrin, Reynier ou encore Vallier, optimisent leurs productions et concentrent leur personnel dans des bâtiments d'envergure construits à cet effet.

Les trois quarts de la production partent à l'exportation (Angleterre,États-Unis, Russie, Australie, etc.).Malheureusement, cet âge d’or ne dure pas.

 

Au cours du XXe siècle, la ganterie grenobloise traverse plusieurs crises en se relevant à chaque fois. Mais les caprices de la mode et la diminution de la demande provoquent son irrésistible déclin. Aujourd’hui, seuls deux ateliers, Salvator Notturno à Grenoble et Jean Strazzeri (Lesdiguières-Barnier) à Fontaine, fabriquent encore des gants en chevreau dans la pure tradition grenobloise.

Commenter cet article

trublion 24/10/2009 11:03


une preuve de plus que dans notre monde , rien n'est éternel !
Mais bon le passé aussi est un trésor.
Merci pour ces informations.
Savais tu qu'au moyen-âge , on avait tenté d'utiliser la soie des arachnides ?


saliha 23/10/2009 11:01


Bonjour Fethi.
Bon article et très belle chanson qui accompagne l'article.Bonne journée.


Corinne 22/10/2009 18:20


Un petit coucou rapide avec un PC de prêt je retrouve le mien seulement samedi grrrrrrr

bisous


Doucepoésie 22/10/2009 13:08


Bonjour , trés blle articles non je ne savais pas et de lire tes articles qui nous informe je t'en remercie.
Passe une délicieuse journée sous le doux regard de Dieu ,bises amicales Mimi.


michel 22/10/2009 10:01


Salut Fethi

Je découvre, je n'avais jamais entendu que Grenoble était une capitale du gant.

a+