Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Malek HADDAD

Publié le par fethiok

Alors, toi tu demandes :

un ennemi qu’est-ce donc ?

Un ennemi c’est un monsieur qui a deux bras et

deux jambes comme toi, mais qui croit au printemps

que lorsqu’il est inscrit au calendrier.

Cette totalité de l’homme dans un drapeau,

dans une orange, dans un automne tiède,

comme un sein de femme bien aimée,

dans tous les gars du monde

qui se donneront la main

quand ils ne seront plus manchots :

Cette totalité de l’homme tu l’atteindras en

farfouillant tous les recoins de ton malheur,

Promènes-toi au Sahara

promène ton Sahara.

Fais-en une morale comme une rose des sables.

Fais-en quelque chose qui suit une morale

et une rose.


Né le 5 juillet 1927 à Constantine; mort le 2 juin 1978 à Alger. Études primaires et secondaires. Bref passage dans l'enseignement. En 1954, fait des études de droit à Aix-en-Provence. Voyage, puis collabore à des revues et hebdomadaires. Tentative de travail en Camargue, puis Paris, radiodiffusion. Effectue des missions pour le F.L.N. en U.R.S.S., en Égypte et en Inde. Après 1962, dirige, à Constantine, la page culturelle d'An-Nasr (1965-1968). D'avril 1968 à août 1972, directeur de la culture au ministère de l'Information et de la Culture. S'occupe du premier colloque culturel national (31 mai-3 juin 1968) et du pre*mier festival panafricain en 1969. En juillet 1972, est conseiller technique chargé des études et recherches dans la production culturelle en fran*çais. Après l'indépendance, a décidé d'arrêter d'écrire puisque le français, qu'il utilisait, le sépa*rait de ses « vrais » lecteurs. Une entorse en 1967 un poème pour la Palestine. Quelques articles. Le Malheur en danger (poèmes; Paris, la Nef, 1956) ; La Dernière Impression (roman; Julliard, 1958) ; Je t'offrirai une gazelle, (roman; Julliard, 1959) ; L'Élève et la leçon (roman; Julliard, 1960) ;Le Quai aux fleurs ne répond plus (roman; Julliard, 1961) ; Écoute et je t'appelle (poèmes; Maspero, 1961, précédés de « Les zéros tournent en rond », essai).

                                                  مالك حداد

Commenter cet article

inès-lima 20/04/2011 10:42


merci de nous avoir fait partager avec vous ce magnifique poème de l'écrivain malek haddad.Mais pourrait- on savoir ce qui justifie votre choix? Malek Haddad est un poète de valeur qu'en algérie
les gens ignorent surtout la jeune génération!(14-25ans)
Ce poème décrit bien le malheur , la solitude et le désarroi de son auteur.C'est très significatif ce "...cette totalité de l'homme dans un drapeau.." oui , il faut aujourd'hui méditer sur ce
passage!!! Malek vivra dans nos coeurs même si on essaye de nous le faire oublier! bonne continuation pour votre blog


Doucepoésie 06/10/2009 05:48


Bonjour magnifique texte j'aime beaucoup.
passe une bonne journée ,bises amicales Mimi.


Gérard Méry 05/10/2009 21:51


Tu devrais apprécier cet article qui interroge aussi !

http://www.contact812.com/article-36985778-6.html#anchorComment


Aimée 05/10/2009 21:30


Un très bon auteur et un texte qui mérite de s'y arrèter et d'y réfléchir.

A bientot.Aimée


Marithe 05/10/2009 20:16


Un auteur que je découvre par ton blog.Un beau texte qui mérite de s'y plonger un peu plus

Bonne soirée


bernadette 05/10/2009 19:41


très dure cette pensée , elle est à méditer .
y a-t-il encore de la morale ??????
bisous
bernadette


Sourour 05/10/2009 18:21


TRES BEL ARTICLE SUR MALEK HADDAD BONNE CONTINUATION A TON BLOG ET SES NOUVEAUTES
MERCI


Monicalisa 05/10/2009 18:19


bonne semaine à toi aussi !


gazou 05/10/2009 17:28


merci de nous faire connaître cet auteur..c'est un texte à relire et méditer


makadame06 05/10/2009 16:51


bonjour.....un auteur que je ne connais pas ...le texte est trés beau et émouvant bisous à toi