Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Julien

Publié le par fethiok






















Déranger les pierres.





















La rue Blanche,le petit matin bleu.





















Forcément





















 Souvenez-vous !






















 Frère,elle n'en avait pas.    
                                                    
                                                        

Comme je faisais bouillir de l'eau pour me faire un café
Sur ma table est tombée une petite fée

Elle a dit "Je viens de là-haut, il faisait beau, l'air était doux
J'aime les humains comme ils sont, j'ai voulu voir et me pencher"

C'est comment, c'est froid ou c'est chaud ?
C'est pointu, doux comme un pinson
Ou bien comme un disque rayé là-haut dans les nuées ?

Mais elle a voulu s'en aller, elle m'a montré son dos
Il y avait une simple clé que j'ai saisie, que j'ai tournée

Tandis que le café fumait près de ce pain beurré
Une hélice nous a portés vers l'azur éloigné

Savez-vous ce qu'il y a là-bas ? C'est un grand navire étoilé
Et peint de blanc, de haut en bas sur des flots de papier huilé

C'était un dimanche d'été et les yeux, je me suis frottés
Quelques moineaux à la fenêtre ont pris peur, se sont envolés

Dans le fond de la cafetière, dormait sur le côté
Comme une petite éphémère aux ailes chiffonnées

Il faut toujours se rendormir, sur mon lit, je me suis tourné
Un autre matin peut venir, une petite chose ailée

Comme je faisais bouillir de l'eau pour me faire un café
Sur ma table est tombée une petite fée.

Une petite fée.
 






















 Apprendre à lire.





















 Sous sa grande ombrelle.























 Où s'en vont les avions?





















 La jupe en laine.





















 Dormez !





















 Restons amants !
Commenter cet article