Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Khalil Gibran

Publié le par fethiok

  

1883 Naissance le 6 janvier à Bcharré, au Liban, alors sous domination ottomane et faisant partie de la grande Syrie. Il est baptisé dans la religion chrétienne maronite dont était issue sa mère.

1894 Son père est emprisonné car incapable de gérer son patrimoine. (à cause de soupçons de fraude fiscale (il collectait l'impôt sur les chèvres.)

1895 Khalil Gibran émigre aux États-Unis avec sa famille qui s'établit à Boston, alors que le père reste seul au Liban.

1897 Retour au Liban, à Beyrouth, pour suivre les cours de l'école de Sagesse Madrasat-al-Hikmat.

1901 Il voyage en Grèce, en Italie et en Espagne et arrive à Paris où pendant deux années il étudie la peinture et achève son livre Les Esprits Rebelles.

1903 Gibran est rappelé à Boston où décèdent sa mère, son frère et une de ses soeurs de la tuberculose. Il entame une version anglaise du Prophète, dont il avait déjà esquissé les grandes lignes en arabe dès l'âge de quinze ans et qu'il travaillera jusqu'en 1923.

1904 Il rencontre Mary Haskell, avec qui il entretient une relation très dense toute sa vie durant, entre amour platonique et artistique.

1905 Publication de son premier livre en arabe : la musique (Nubthah fi Fan Al-Musiqa).

1908 Il séjourne deux ans à Paris et étudie à l'Académie des Beaux-arts ; il rencontre de nombreux artistes : Rodin, Debussy, Maeterlinck, Rostand.

1910 Gibran se fixe à New York.

1923 Publication et succès immédiat de son œuvre : Le Prophète.

1928 Suite à des problèmes de santé, il cherche refuge dans l'alcool, ce qui aggravera son état peu à peu.

1931 Mort le 10 Avril dans un hôpital de New York, d'un cancer du foie. Son corps est rapatrié comme il l'avait demandé dans le monastère Mar Sarkis, non loin de
Bcharré.



 Des extraites de son livre "Le Prophète"
 Chapitre I

 

L AMOUR

 

Alors Almitra dit, Parle-nous de l'Amour.

Et il leva la tête et regarda le peuple assemblé, et le calme s'étendit sur eux. Et d'une voix forte il dit :

Quand l'amour vous fait signe, suivez le.

Bien que ses voies soient dures et rudes.

Et quand ses ailes vous enveloppent, cédez-lui.

Bien que la lame cachée parmi ses plumes puisse vous blesser.

Et quand il vous parle, croyez en lui.

Bien que sa voix puisse briser vos rêves comme le vent du nord dévaste vos jardins.

Car de même que l'amour vous couronne, il doit vous crucifier.

De même qu'il vous fait croître, il vous élague.

De même qu'il s'élève à votre hauteur et caresse vos branches les plus délicates qui frémissent au soleil,

Ainsi il descendra jusqu'à vos racines et secouera leur emprise à la terre.

Comme des gerbes de blé, il vous rassemble en lui.

Il vous bat pour vous mettre à nu.

Il vous tamise pour vous libérer de votre écorce.

Il vous broie jusqu'à la blancheur.

Il vous pétrit jusqu'à vous rendre souple.

Et alors il vous expose à son feu sacré, afin que vous puissiez devenir le pain sacré du festin sacré de Dieu.

Toutes ces choses, l'amour l'accomplira sur vous afin que vous puissiez connaître les secrets de votre cœur, et par cette connaissance devenir une parcelle du cœur de la Vie.

Mais si, dans votre appréhension, vous ne cherchez que la paix de l'amour et le plaisir de l'amour.

Alors il vaut mieux couvrir votre nudité et quitter le champ où l'amour vous moissonne,

Pour le monde sans saisons où vous rirez, mais point de tous vos rires, et vous pleurerez, mais point de toutes vos larmes.

L'amour ne donne que de lui-même, et ne prend que de lui-même.

L'amour ne possède pas, ni ne veut être possédé.

Car l'amour suffit à l'amour.

Quand vous aimez, vous ne devriez pas dire, "Dieu est dans mon cœur", mais plutôt, "Je suis dans le cœur de Dieu".

Et ne pensez pas que vous pouvez infléchir le cours de l'amour car l'amour, s'il vous en trouve digne, dirige votre cours.

L'amour n'a d'autre désir que de s'accomplir.

Mais si vous aimez et que vos besoins doivent avoir des désirs, qu'ils soient ainsi :

Fondre et couler comme le ruisseau qui chante sa mélodie à la nuit.

Connaître la douleur de trop de tendresse.

Etre blessé par votre propre compréhension de l'amour ;

Et en saigner volontiers et dans la joie.

Se réveiller à l'aube avec un cœur prêt à s'envoler et rendre grâce pour une nouvelle journée d'amour ;

Se reposer au milieu du jour et méditer sur l'extase de l'amour ;

Retourner en sa demeure au crépuscule avec gratitude ;

Et alors s'endormir avec une prière pour le bien-aimé dans votre cœur et un chant de louanges sur vos lèvres.

 

 

                                                       خّليِل جِبراّنْ

 

Commenter cet article

only photos 23/05/2010 19:54


J'ai lu le prophète, mais au siècle dernier, quand j'étais beaucoup plus jeune que maintenant ;-). Il savait tourner les mots et aller à l'essentiel, comme les peintres japonais savent le faire
avec leurs pinceaux.
Il n'a pas eu, globalement, une vie très heureuse, malgré tout ça. Cela ne suffit pas de savoir les choses, il faut aussi savoir vivre sa vie. Les mots ne consolent pas.


Soledad 23/05/2010 18:19


Cela me fait penser, que je t'ai félicité pour ton blog mais que je ne t'avais pas dit que j'aimais bien cet auteur... Parfois, je perds un peu le nord...LOL
Je reviendrai voir ce que tu fais.
Que ce dimanche se termine sous le soleil, sous le ciel bleu et surtout avec beaucoup d'amour et d'amitié.A+


Edmée 23/05/2010 00:02


Quel texte merveilleux tu as choisi! Je ne le connaissais pas, et il est remarquable, si intense ... Merci mille fois!


Soledad 22/05/2010 09:00


Quelques mots bleus azures
le soleil qui assure,
quoi de mieux pour te souhaiter
un merveilleux long week-end.
Gros bisous ensoleillés.
Tu as changé ton look, enfin celui de ton blog...LOL C'est super.


© ROSIA 21/05/2010 12:44


Bonjour-------il y a du changement par ici
Bon weekend--------

Rosia---------